dimanche 27 mai 2018

Éoliennes : dérogations à la législation sur 70 espèces animales protégées !


http://fr.friends-against-wind.org
Par Dominique Baucher
 
Commentaire :  où l'on en apprend un peu plus sur le montage financier d'une zone industrielle d'aérogénérateurs. Pour le reste, il est très regrettable, pour ne pas dire plus, que parmi tous les arguments mis en avant par l'auteur de ce courrier, pour s'opposer à ce projet, aucun ne fasse référence à la mise en péril de l'espèce humaine. Aussi, Les Vues se permettent d'ajouter à la liste de ses "pourquoi", celui-ci :
-Pourquoi ces villages ne garderaient pas, à jamais, leur bien être quotidien de vie, de toujours?
ZERO EOLIENNE ET BASTA!


php


Lettre à Jean-Pierre Cubertafon, député de la Dordogne.

Pas grave. On a des dérogations
(D’après un dessin de Windtoons.com)



Objet : Protection d’oiseaux migrateurs et autres

Monsieur le Député,
Je suis un ancien cadre d’une grande banque d’affaires française, en congé longue maladie, et ai été sollicité pour étudier le business plan projet d’un futur parc éolien sur les communes de Saint-Saud-Lacoussière et Saint-Jory-de-Chalais en Périgord Vert.
À l’occasion de quelques jours de repos chez ma Maman j’ai pu constater le silence qui règne au sein du village de Saint-Saud-Lacoussière !
Je suis un pro EnR mais tout en respectant les spécificités régionales, naturelles, géographiques, climatiques, humaines et la faune.
Et bien évidemment dans le respect des deniers publics, des contribuables et consommateurs.
Alors que cette région qui est en moyenne 30 % moins ventée que le reste du territoire national, un projet éolien de la filiale d’une GMBH allemande avec des éoliennes de 200 mètres d’envergure, va s’implanter grâce à l’entêtement des Maires des communes concernées et à la mise en place d’un concours bancaire dénommé « Financement de Projet » reposant sur un investissement financé par l’endettement (en somme un LBO simplifié) qui n’est rentable que grâce au tarif subventionné et non solvable les 5 premières années (pas de paiement à l’ IS) et ensuite enfin solvable, et quid au terme des 15 à 20 ans ou si Bercy change le deal.

Démagogie énergétique

https://jancovici.com
Jean-Marc Jancovici
Tribune parue dans Les Echos du 22 mai 2018
La démocratie aime les sondages. Aimez vous le ministre en place, la grève des trains en cours, votre patron, le montant de votre loyer, ou les voitures dans le centre ville ? Selon le résultat, le ministre restera ou pas, le gouvernement lâchera ou pas du lest, le patron d’entreprise publique restera ou pas, le propriétaire devra ou non plafonner ses revenus locatifs, et le maire interdira ou pas la circulation des engins à moteur.
Pourquoi ne pas faire pareil pour l’énergie ? Vous êtes tièdes sur le nucléaire, conclut le sondage ? On en fera de manière tiède, à 50%. Vous plébiscitez les renouvelables ? On financera largement éoliennes et panneaux solaires (121 milliards déjà engagés selon la Cour des comptes, pour aucun gain sur le CO2 soit dit en passant), et tout le monde aura à la bouche l’autonomie énergétique et un avenir 100% ENR.
C’est évident : chaque village ouvrira sa mine de charbon renouvelable et celle de fer renouvelable pour faire son acier renouvelable, son puits de pétrole renouvelable pour faire son plastique renouvelable, et sa mine de lithium renouvelable pour faire ses batteries renouvelables, et tout çà en préservant le pouvoir d’achat !

Haute-Marne : Langres de la Renaissance à aujourd'hui

jhm.fr

Commentaire : 😍

source : @tourisme-langres.com
En 2018, la Ville de Langres oriente sa programmation culturelle autour du thème « Langres à la Renaissance ». Le coeur de la manifestation est une exposition bilan sur les arts à Langres au XVIe siècle.
Une partie de sa programmation de spectacles a également pour thématique la Renaissance, sous un angle historique (musique et danses du XVIe siècle…) ou sous un angle plus indirect et décalé.

Tout le programme
https://www.tourisme-langres.com/fr/langres-renaissance-2018_1327.html

Lire

Éoliennes : l'honneur perdu des commissaires enquêteurs !

par Louis Marin
23/05/2018


C’est une affaire grave, très grave, qui vient de se dérouler en particulier à Noirmoutier et qui jette un véritable discrédit sur l’ensemble de la fonction de commissaire enquêteur en France et en particulier dans le domaine éolien terrestre et maritime.

Nous avions déjà dans ces lignes dévoilé le scandale du commissaire enquêteur chargé de donner un avis sur un projet de parc éolien porté par une filiale d’ ENGIE en Côte-d’Or et qui était également gérant et associé d’une société spécialisée dans l’électronique prestataire d’ ENGIE …
À l’époque nous avions dévoilé que certains commissaires enquêteurs étaient formés par les promoteurs éoliens eux-mêmes. Des documents de journées de formation de commissaires enquêteurs siglés de promoteurs éoliens avaient été découverts et l’information avait d’ailleurs été diffusée sur France Inter.
Encore tout récemment, nous avons évoqué le fait que l’enquête publique entre Yeu et Noirmoutier était totalement discréditée en raison de l’attitude de certains commissaires enquêteurs. Ces derniers n’hésitaient pas à distribuer les flyers du consortium industriel tout en « décorant » les permanences de posters avec le logo du promoteur éolien. Le registre dématérialisé comportait également le logo du promoteur éolien, ce qui est une atteinte grave au devoir de neutralité des commissaires enquêteurs.
Mais là, le scandale est devenu incroyable et apporte la preuve confondante d’un manque total de neutralité et d’impartialité de la part des commissaires enquêteurs dans l’exercice de leurs fonctions, en particulier dans le domaine éolien.
Jusqu’à présent les résistants à la pollution éolienne industrielle pouvaient constater dans le cadre des permanences concernant les projets de centrales éoliennes l’attitude désagréable, méprisante, voire hautaine des commissaires enquêteurs, et d’ailleurs une grande partie des dossiers éoliens faisaient l’objet d’un avis favorable de ces derniers.
Jamais les anti-éolien n’avait eu la preuve tangible et indiscutable de leur défaut de neutralité, d’impartialité et de dignité. C’est à Noirmoutier qu’un commissaire enquêteur du nom de Jacques TURPIN a commis une erreur incroyable en envoyant un email aux opposants qu’il croyait n’envoyer qu’aux autres commissaires enquêteurs. Il y écrit :
« Bonjour à tous, aucune trêve pour le clan x qui continue à distiller médisance et accusations grossières : voir l'observation n° 406 du registre. On est face à des personnes sans scrupules et au QI qui n’est pas celui du géranium. De quoi alimenter notre rencontre avec ce clan si la rencontre a lieu... »
Cet incroyable courriel envoyé aux opposants a eu l’effet d’une véritable bombe tant les propos de cet auxiliaire de l’État sont méprisants et injurieux. Le plus grave dans l’affaire, c’est que Jacques TURPIN, qui porte ainsi atteinte à toutes les règles du code de déontologiques des commissaires enquêteurs, n’a pas daigné présenter sa démission immédiatement au tribunal administratif ou au préfet.

samedi 26 mai 2018

Haute-Marne : Langres vue par le photographe haut-marnais Eric Girardot

https://france3-regions.francetvinfo.fr
Par Isabelle Griffon
Publié le 04/12/2017

Commentaire : ce photographe est un amoureux de la Haute-Marne, de ses gens, de ses ouvriers, de ses paysages, de ses forêts, de son patrimoine et de... Langres. Tout comme nous. À noter toutefois, un petit bémol, synonyme de 2 photos d'éoliennes, que nous espérons, faisant partie de l'illustration du "sans idées préconçues" de l'avant-propos (ci-dessous) et rien d'autre... Si tel est le cas, nous invitons, amicalement, Eric Girardot, à s'informer et à se documenter sur la "pandémie" éolienne en cours sur le territoire que nous aimons tant.
Merci Monsieur, pour votre contribution à la renommée de Langres.

@Eric Girardot
Avant-propos
Depuis 1982, année au cours de laquelle il décide d’en faire son métier, Eric Girardot est le photographe sans frontières de la Haute-Marne.
Un territoire qu’il arpente inlassablement, sans idées préconçues, en guetteur d’ombres et de lumière et en quêteur de sens, toujours à l’affût de surgissements inattendus et de leurs variations multiples.
Ses images sont des instants de vies, celles des hommes et de la nature. "Une enquête sur l’amicale présence en reporter clandestin" écrira son ami écrivain Hubert Haddad.

Source : https://www.ericgirardot.fr/

Voir

vendredi 25 mai 2018

Contribution au débat public sur la PPE : pourquoi 50% ?

http://www.bertrandbarre.com
Bertrand Barré
juin 2018

Vous trouverez ci-dessous le texte que j’ai envoyé au Maître d’ œuvre de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie
Lors du lancement du Programme « Messmer » en 1974, on ne visait pas particulièrement 75% d’électricité nucléaire. La commission PÉON évoquait plutôt 66%, mais en sous-estimant l’effet des chocs pétroliers sur notre future économie et donc sur la demande future d’électricité.
75% n’est donc pas un objectif historique gravé dans le marbre, mais plutôt le résultat du hasard et de la nécessité... de l’efficacité d’EDF et du soutien continu des pouvoirs publics entre 1974 et 1998, en dépit des aléas politiques.
Ceci dit, ces 75% nous permettent de bénéficier d’une électricité fiable, économique, sûre et très peu carbonée. La part importée de son coût de production est infime, et son bilan exportateur compense en partie les importations de gaz.

Alors, pourquoi vouloir réduire la part du nucléaire dans notre électricité ? Pourquoi ces 50% ?

Pourquoi le nucléaire contribue à l'indépendance énergétique et pas l'éolien-photovoltaïque

https://ppe.debatpublic.fr
Philippe Hansen 
Blog :  https://www.energie-crise.fr
23/05/2018

Cet avis a été émis dans le cadre du débat public sur la Programmation Pluriannuelle de l' Energie (PPE). 

Certains affirment que le nucléaire français est une énergie importée alors que l'éolien et le photovoltaïque seraient des énergies locales. Cette affirmation ne résiste pas à l'analyse physique et économique. Il faut certes un peu d'uranium pour faire fonctionner un réacteur, mais il faut aussi d'autres éléments chimiques pour construire une éolienne ou un panneau photovoltaïque. En fait il faut extraire dans tous les cas une dizaine de grammes de matière du sol pour faire un kilowattheure électrique, dans les deux cas on importe de la matière.
Économiquement les système éoliens et photovoltaïques sont majoritairement importés. La Cour des comptes calcule qu'ils entraînent un milliard d'euros de déficit de la balance des paiements. Les importations d'uranium de quelques centaines de millions d'euros sont couvertes dès le début du programme nucléaire par les exportations d'électricité de plusieurs milliards d'euros. L'industrie nucléaire exporte aussi de l'ordre du milliard d'euros de matériels et de services.

Suisse : éolien et solaire: quels espoirs pour 2050?

https://www.letemps.ch
Marie-Hélène Miauton
24/05/2018

OPINION. Considérant les résultats d’une étude approfondie sur les moyens de production d’électricité en Suisse à l’horizon 2050, notre chroniqueuse Marie-Hélène Miauton relève quelques points d’interrogation liés aux énergies renouvelables
Un passionnant rapport intitulé «Potentiels, coûts et impact environnemental des installations de production d’électricité» a paru récemment. Sachant que c’est le Paul Scherrer Institut (PSI) qui a été mandaté par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), le sérieux et l’impartialité des résultats ne font aucun doute. En résumé, que nous apprend-il?
Depuis l’acceptation par le peuple de la Stratégie énergétique 2050, l’électricité provenant des centrales nucléaires et fossiles a été exclue du futur énergétique suisse, mais il restera possible de l’importer. Le lecteur trouvera ici un premier sujet de perplexité. En effet, l’effort consenti pour diminuer les risques inhérents au nucléaire ou aux émanations de CO2 n’a aucun sens s’il se confine à la Suisse seulement, puisque les nuages radioactifs et les gaz à effet de serre se rient évidemment des frontières.

Construire des centrales fossiles?


Pour se passer du nucléaire, il faudra avant tout augmenter considérablement la production photovoltaïque ce qui est théoriquement possible, révèle l’étude, tout en ajoutant toutefois que le problème du stockage n’est pas et ne sera sans doute pas résolu d’ici là. Le bémol est de taille, car il est inutile de surproduire à midi s’il n’y a plus rien à fournir le soir. En matière d’électricité, ce n’est pas la capacité de production qui importe au premier chef mais la régularité, ce qu’on appelle l’énergie en ruban. L’autre souci tient au fait que, la Suisse ayant des possibilités limitées pour produire de l’électricité renouvelable en raison de l’ensoleillement saisonnier et du régime des vents, la consommation d’électricité devra forcément baisser. «Chic!» s’exclameront les puristes. Mais ils ont tort, car le développement prévu et souhaité des véhicules électriques, des pompes à chaleur, et de la population elle-même, exigera d’importer de l’électricité. Importations dont il faut rappeler qu’elles seront essentiellement produites avec les techniques que nous avons-nous même bannies.
Sachant qu’en 2050 la production hydraulique sera similaire à celle d’aujourd’hui et que le nucléaire aura disparu, il faudra pourtant bien que le renouvelable réponde à ses promesses. Selon les estimations publiées dans l’étude, la production photovoltaïque sera multipliée par 10 ou 20, et celle de l’éolien se développera considérablement tout en restant à terme très inférieure au solaire. Même en tenant compte des scénarios les plus optimistes, la production des centrales nucléaires ne sera toujours pas compensée. Faudra-t-il alors construire des centrales fossiles, qui dégraderont lourdement notre très bon bilan CO2 actuel dans le secteur électrique?

Haute-Marne, projet Parc national : le Conseil national de la protection de la nature dit oui... mais

jhm.fr

C'est par une courte majorité, 14 voix pour et 9 voix contre, mais avec 19 réserves, que le CNPN a donné un avis (facultatif) favorable au projet du 11eme Parc national. Devant la radicalité de certaines de ses recommandations, interdiction de la chasse au coeur du Parc, interdiction de l'usage de phytocides et de pesticides, le ministère s'est voulu rassurant à l'encontre des chasseurs et des entrepreneurs agricoles, si chers à Monsieur le Président Macron, en encourageant le GIP : (...)" à poursuivre les travaux de finalisation de la création du Parc national sur la base de la version 3 de la charte."

Si cette confirmation nous va bien, on peut légitimement s'étonner de l'intérêt, hormis le fait d'être une obligation légale, de réunir le CNPN, si aucune de ses remarques et de ses propositions n'est prise en compte. Seul, son avis favorable faisant l'objet du communiqué de la Préfecture...😉

Lire →Haute-Marne : avis favorables sur l'avant-projet du futur Parc national
 https://augustinmassin.blogspot.fr/2018/05/haute-marne-avis-favorables-sur-lavant.html


capture d' écran@jhm.fr





php

jeudi 24 mai 2018

Débat public sur la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) : allons faire entendre nos voix!

https://ppe.debatpublic.fr/calendrier-carte-initiatives-du-debat-ppe

Dans le cadre du débat public sur la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui se déroule de mars à juin 2018, la commission en charge du débat a lancé un appel à initiatives pour l'organisation de réunions, ateliers, conférences... Voici la liste et la carte des rendez-vous issus de cet appel

Calendrier des rendez-vous

-Chaumont - Lundi 11 juin, après-midi, ouvert au public
Locaux du Syndicat départemental des énergies et des déchets de la Haute-Marne, 40bis avenue du Maréchal Foch, 52000
Initiative labellisée organisée par la députée de Haute-Marne Bérengère ABBA

-Dijon - Mercredi 20 juin, 14h30-17h30, ouvert au public
Débat organisé avec la Région Bourgogne-Franche Comté
 php