lundi 23 octobre 2017

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Hulot : Rêve et réalité des énergies renouvelables

https://ideesrecuessurlenergie.wordpress.com
Publié le 23 octobre 2017

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Hulot
Ministre d’État, Ministre de la transition écologique et solidaire

Rêve et réalité des énergies renouvelables
En France, il est fréquent d’opposer énergies renouvelables et énergie nucléaire, alors que la seule attitude rationnelle consiste à s’interroger sur ce que devrait être le bouquet électrique du futur à partir des sources fossiles, nucléaire et renouvelables. Il s’agirait alors de répartir intelligemment les sources pilotables comme les centrales fossiles, hydrauliques, biomasses ou nucléaires et les sources intermittentes comme l’éolien ou le solaire, afin d’aboutir à une solution technique et économique qui n’entraîne ni risques ni surcoûts injustifiables pour les consommateurs. Il convient aussi de tenir compte du fait que le système électrique français est déjà fortement décarboné.

Pour réduire les émissions de CO2 dans le secteur électrique, la loi française de transition énergétique et la politique de l’Union Européenne donnent la priorité au développement de la production d’électricité par les énergies renouvelables. Le présent billet présente une réflexion sur ces intentions, qui relèvent parfois du rêve et parfois de la réalité.

Réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire d’ici 2025 Quelles conséquences pour le pays ?

https://www.sauvonsleclimat.org
Auteur :Georges Sapy
Publié le 23 octobre 2017

Georges Sapy a élaboré une ÉTUDE SOMMAIRE D’IMPACT de la mise en œuvre des dispositions de la loi LTECV (Loi de transition énergétique pour la croissance verte), précisée par la PPE renouvelables (Décret no 2016-1442 du 27 octobre 2016) pour les seules énergies éolienne et photovoltaïque, qui constituent cependant les principales sources renouvelables envisagées.

Cette analyse prend en outre en compte à titre d’hypothèse de travail, pour en évaluer l’impact, les récentes déclarations du ministre de la Transition énergétique et solidaire (Arrêt jusqu’à 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025).

Après un résumé des objectifs de la PPE (supposée prolongée à l’identique jusqu’en 2025 pour avoir une date de référence commune en 2025) et le rappel de la situation actuelle du système électrique français ainsi que des hypothèses structurantes pour la suite de l’analyse, notamment la priorité donnée à la réduction des émissions de CO2, les conséquences de la mise en œuvre des objectifs et déclarations ci-dessus sont analysées sous différents angles. En particulier, les impacts sur : les moyens de production, la sécurité d’alimentation en électricité du pays, les émissions de CO2, les investissements à consentir, la balance commerciale, les coûts de production de l’électricité, les subventions à l’électricité intermittente renouvelable, les indemnisations de l’exploitant nucléaire, l’emploi, etc.

Greenpeace, allié objectif de Daesh ?

https://www.sauvonsleclimat.org
Auteur :SLC
Publié le 16 octobre 2017

Le récent communiqué de Greenpeace sur la sûreté des piscines d’entreposage des combustibles usés des centrales nucléaires pose plusieurs questions
  • La première est de savoir ce que valent les « experts » de Greenpeace. Nous avons pu nous procurer le nom de trois d’entre eux.
  • Gordon Mac Kerron est un économiste qui n’a de compétence technique ni sur la sûreté, ni sur la construction, ni sur le fonctionnement des réacteurs nucléaires,
  • Ode Becker est une militante des ONG écologistes et antinucléaires depuis longtemps, sans plus d’expérience de terrain que Gordon MacKerron,
  • Edwin Lyman, lui, est un scientifique américain qui milite depuis longtemps contre l’armement nucléaire sans que, pour autant, sa compétence en matière de sûreté des centrales nucléaires françaises soit établie. 

Bouriège, le pont du Rec et le pont du Gourga, jour 142 : la lutte continue..

Ce dossier a été réalisé par le collectif de Bouriège.

Vous trouverez ci-joint un document de 40 pages résumant la saga de Bouriège et de Tourreilles dans l’Aude, avec renvois sur documents, vidéos etc.

 https://lookaside.fbsbx.com/file/DOSSIER_BOURIEGE_EOLIEN%20%281%29.pdf?token=AWzVMqXQ4VOwH7iFmv4Jdi9GET6sETE0HM-aDbbL9h3n4mHL_Pk59msRoc-rnyb61AJqJf1Id6wLTFbHWFChe-rPNq-GhVYU0zvWcFIfjUNoyyihccu5sBdYZ97ZZBpoPMEZmu3zjjinzUutPBuHSlaijP-MZOwyljF-xOZSWbljiA

php

Quand les riverains ne supportent plus les éoliennes ...

http://chateau.guibert-les.pineaux-thorigny-eoliennes-non.over-blog.com
23/10/2017

Quand les riverains ne supportent plus les éoliennes ...A partir de 5'49
https://youtu.be/VApafvUjS7I

 php

Haute Marne : la Communauté de communes du Pays Chalindrey, Vannier-Amance et Région Bourbonnes-les-Bains devient la Communauté de communes des savoir-faire-Sud-Est Haute Marne!!!

jhm.fr
15/10/2017

La majorité écrasante des élus (es) de la Communauté de communes du Pays Chalindrey, Vannier-Amance et Région Bourbonnes-les-Bains lui ont donné un nouveau nom : Communauté de communes des savoir-faire-Sud-Est Haute Marne!!!

Savoir-faire : nom masculin; Compétence acquise par l'expérience dans les problèmes pratiques, dans l'exercice d'un métier (Larousse 2017)

Il n'y a pas à dire, ça fait envie, non? Belle motivation et fierté pour la population locale, non? T'habite où? Au pays du savoir-faire! Waouh! Vu de l'extérieur, sûr que des milliers de touristes vont avoir le coup de cœur, non?

Depuis sa naissance le 28 janvier 1790 par décret, il est bien connu que notre pays n'a ni forêts, ni paysages, pas de patrimoine, pas de rivières et ni cours d'eau, pas de légendes, pas de richesses naturelles et artistiques, etc. Rien qui pourrait s'apparenter à un passé riche dans lequel les élus (es) auraient du pu piocher pour y trouver le nouveau nom.

(...)" En Haute Marne, la nature représente l'atout initial du pouvoir de séduction : relief, hydrographie et végétation lui confèrent une personnalité profonde, un charme discret, subtil, propre à suggérer l'approche d'un espace dans sa beauté originelle".*

Une nouvelle fois la preuve est faite, s'il en était besoin, que celles et ceux qui sont en charge de l'avenir de notre territoire et qui, à ce titre, se doivent de porter haut et fort ses couleurs, en sont ses pires ennemis (es) par une connaissance par trop négligée des faits relatifs à la Haute Marne en général et au Sud haut-marnais en particulier. Une chose est certaine, c'est que leur savoir-faire... des conneries, est une compétence acquise par l'expérience dans les problèmes pratiques, dans l'exercice de leur mandat... (facile, c'est vrai)

La palme revenant aux élus votant contre au prétexte que ce nom est ... "trop orgueilleux ". Défense de rire...
* Source : Harmonies haut-marnaises; Roger et Claude Petitpierre et Guy Salassa; L'escarbouche, 1987, Chaumont
php



capture d'écran

Le salut des renouvelables passera-t-il par l'hydrogène ?

https://fr.news.yahoo.com/
par Benjamin Mallet
(Avec la contribution de Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)
23/10/2017

PARIS (Reuters) - Transformer les excédents d'électricité renouvelable en gaz afin de les stocker en grandes quantités et de "verdir" des secteurs fortement émetteurs de CO2 : telle est la réponse des spécialistes français de l'hydrogène face aux défis de la transition énergétique.

Appelé "power to gas", le procédé repose sur la technique de l'électrolyse, qui consiste à décomposer chimiquement l'eau grâce à un courant électrique pour produire de l'oxygène et de l'hydrogène.
L'hydrogène "renouvelable" ainsi produit pourrait résoudre les difficultés liées à l'intermittence de l'éolien et du solaire en les rendant stockables à long terme - par exemple en été pour une consommation hivernale -, réduisant dans le même temps les risques de tensions sur les réseaux électriques.
"A partir de 50% d'énergies renouvelables dans le mix de production d'électricité d'un pays, il y a un vrai problème d'excédents temporaires de production qui implique de trouver des débouchés et qui donne toute sa pertinence au 'power to gas'", estime Sandra Roche, directrice "New gas" d'Engie, pour qui ce seuil de 50% sera atteint en France "à l'horizon de 2030".

Où mettre 250 000 éoliennes ?

www.economiematin.fr
par Ludovic Grangeon
17/10/2017

L'économiste gouvernementale Judith Soan vient de démontrer dans un article dans The Australian que les manipulations financières dans le sillage de l'éolien et d'autres sources pesaient deux fois l'affaire Madoff ou Enron. 
Les éoliennes occupent déjà 10% du territoire pour 4% de l’électricité, ce qui représente 20% du territoire rural français. Bruxelles vient en 2017 d’abandonner l’éolien comme objectif prioritaire dans les énergies renouvelables pour manque d'efficacité et de résultats. Et pourtant, c’est curieusement ce maillon le plus faible qui est mis en avant dans un scenario délirant imaginé sous influence qui voudrait les multiplier par 25. Le siège incessant d’officines de communication et des lobbies financiers y est pour beaucoup, car la poule aux œufs d'or excite l’appât du gain. L'éolienne est la seule filière subventionnée à 100% par le contribuable sans risque de perte, que le résultat soit bon ou mauvais.

Alors que déjà 10 000 éoliennes occupent le territoire français pour fournir à peine 4 % de l’électricité, ce scenario à 100% suppose donc … 250 000 éoliennes … ! Et pourtant elles ne tourneront toujours qu’un jour sur cinq, parce qu’il faut du vent pour faire tourner une éolienne et que l’équivalent annuel du vent est un jour sur cinq. Et donc en plus, il faut multiplier autant de centrales à gaz ou à charbon pour alimenter l’électricité 4 jours sur cinq… ou alors éteindre son frigo, son ordinateur, sa télé 4 jours sur cinq et sans savoir quand.

« Passoires thermiques » : les idées lumineuses de Nicolas Hulot

https://www.contrepoints.org
par Jean-Baptiste Boone
23/10/2017

Commentaire : "Yoda" Hulot, quelle chance qu'il soit français, non?😏

php

Nicolas Hulot veut instaurer de nouvelles taxes sur l’immobilier mal isolé, dit « passoire thermique » : comment l’État s’attaque à la population à travers son habitat.
La norme, le règlement, les exigences de « qualité » minimale, tuent chaque jour les indépendants, petits commerces ou petits exploitants. Car ils n’ont pas les reins assez solides pour supporter les dépenses supplémentaires induites par ces tracasseries administratives. Combien de commerces, d’exploitations, d’écoles ou d’hôtels ferment parce qu’ils ne peuvent suivre l’inflation réglementaire ?
Non content d’asphyxier toute une partie des indépendants les plus modestes, voilà que l’État voudrait s’attaquer au reste de la population à travers son habitat. Le ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot, souhaite en effet, au nom de l’écologie bien sûr, de la sauvegarde de la planète et par respect pour Gaïa, appliquer des taxes sur les maisons dites « passoires thermiques ».

dimanche 22 octobre 2017

Métro parisien: une seule station porte un nom féminin

A Paris, sur 303 stations de métro, une seule porte le nom d'une femme. Une seule. Et cette femme est ... haut marnaise.

Fierté
php


Benjamin Muller @photo

Benjamin Muller @photo