lundi 22 mai 2017

Syndrome de l’éolienne : psychologique ou pas, il faut agir !

http://www.jim.fr
Aurélie Haroche
Paris, le mercredi 17 mai 2017

Commentaire: Les personnes devenues malades depuis l'implantation et l'exploitation d'une ou des zones industrielles d'aérogénérateurs seront "ravis (es) d'apprendre que:
- [...] ne semblent guère spécifiques et peuvent s’inscrire dans ce qu’il est convenu d’appeler les Intolérances Environnementales Idiopathiques » et paraissent pour « la très grande majorité d’entre eux (…) plutôt de type subjectif, fonctionnel, ayant pour point commun les notions de stress, de gêne, de contrariété, de fatigue »
-[...]l’Académie de médecine retient que la « défiguration du paysage » entraînée par des installations peu esthétiques doit être retenue comme une nuisance sanitaire : elle provoque des « sentiments de contrariété, d’irritation, de stress, de révolte avec toutes les conséquences psycho-somatiques qui en résultent ». 
-[...] si le rôle des infrasons souvent évoqué pour expliquer certains symptômes doit être « raisonnablement mis hors de cause »,
-[...] l’Académie de médecine rappelle que le « caractère intermittent, aléatoire, imprévisible, envahissant du bruit généré par la rotation des pales (…) peut indubitablement perturber l’état psychologique de ceux qui y sont exposés ».
-[...] l’Académie de médecine invite à se souvenir que « toute nouvelle technologie charrie son lot de peurs et de fantasmes et peut fournir une explication rationnelle à des troubles fonctionnels pré-existants »

En résumé, les riverains d'éoliennes malades ne sont pas... vraiment malades.
Le combat continue
php





 – Depuis plusieurs années, des associations de riverains résidant à proximité d’éoliennes font état de symptômes divers qu’elles associent à la présence de ces installations. Sous le terme de "syndrome de l’éolienne" sont ainsi regroupés des troubles multiples que l’on « peut schématiquement (…) distinguer en : généraux : troubles du sommeil, fatigue, nausées, etc. ; neurologiques : céphalées, acouphènes, troubles de l’équilibre, vertiges, etc. ; psychologiques (…) ; endocriniens (…) ; cardio-vasculaires (…) ; socio-comportementaux » résume l’Académie de médecine dans un rapport publié hier.

Des recommandations ignorées
L’institution s’était déjà penchée sur ces plaintes et avait formulé en 2006 une série de recommandations aux autorités qui n’avaient pas toutes été suivies, volonté de développer les énergies alternatives oblige : la distance minimale entre les éoliennes les plus puissantes et les habitations a ainsi été fixée à 500 mètres et non 1 500 mètres comme le préconisait l’Académie de médecine et aucune étude épidémiologique n’a été diligentée. En dépit de cette relative ignorance de ses préconisations, l’Académie de médecine a choisi de consacrer un nouveau rapport à ce sujet.

90% des parisiens ont voté pour Emmanuel Macron

https://lundi.am
Par Eric Hazan*
le 22 mai 2017

Cette tribune a été commandée par Le Monde pour ses pages Débats (« Votre opinion sur les 90% de Macron à Paris ») mais le journal a finalement refusé de la publier.

L’année 2015 a été la plus chaude jamais enregistrée à Paris ; en 2016, l’exposition Jeff Koons a attiré le plus grand nombre de visiteurs depuis la fondation du Centre Pompidou ; en 2017, les votes parisiens pour Emmanuel Macron ont atteint le score de 90%. Ces deux derniers records ne sont pas sans points communs : leurs détenteurs sont par leur parcours des professionnels de la persuasion. Jeff Koons a été courtier en matières premières à Wall Street et cette expérience l’a sans doute armé pour convaincre de riches amateurs – dont Bernard Madoff, qui purge depuis une peine de 150 ans de prison pour escroquerie – que ses lapins gonflables et ses cochons en sucre représentaient la pointe même de l’avant-garde. Emmanuel Macron a affûté à la banque Rothschild des capacités de conviction qui lui ont permis, entre autres, de piloter avec succès le rachat par Nestlé des laits en poudre de Pfizer pour quelque neuf milliards d’euros. Autre point qui les rapproche : le kitsch, dont un échantillon a été offert au peuple lors de la soirée des résultats au Louvre – Jeff Koons n’aurait pas fait mieux.

Saint-Lunaire, l'autre planète de Nicolas Hulot

http://www.20minutes.fr
12/09/2014

Commentaire: Quelle déception et crève-cœur sans doute pour cet anti-nucléaire déclaré et pro-ENR intermittentes qu'il n'y est pas en projet l'implantation d'une zone industrielle d'aérogénérateurs en mer, visible de la superbe plage de Saint Lunaire.

carte michelin, capture d'écran
A noter que sa femme n'est plus conseillère municipale depuis 2014 http://www.saint-lunaire.fr/
A noter:" Saint-Lunaire gagne un ministre mais perd son label (21/05/2017)
http://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-lunaire-gagne-un-ministre-mais-perd-son-label-5007668
php

Politique L'animateur vedette de TF1 réside à Saint-Lunaire, près de Dinard, depuis 2005...


Loin de l'agitation médiatique, Nicolas Hulot profite des charmes de la côte d’Émeraude depuis sa villa qui surplombe la plage de Saint-Lunaire. — fLORENCE durand / SIPA

Transition énergétique : ce que dit l’Académie des sciences

https://www.contrepoints.org
Par Michel Gay
22/05/2017
 
L’Académie des sciences se montre très critique vis à vis de l’actuelle loi de transition énergétique en France.

Dans sa communication du 19 avril 2017, l’Académie des sciences dresse un état critique de l’actuelle loi de transition énergétique en France. Voici ce qu’elle en dit.

Les programmes en matière de politique énergétique devraient mieux tenir compte des contraintes physiques, technologiques et économiques de chaque pays.

Dans l’état actuel du débat, nos concitoyens pourraient être conduits à penser qu’il serait possible de développer massivement les énergies renouvelables comme moyen de décarbonation du système en le débarrassant à la fois des énergies fossiles et du nucléaire.

Suisse: SE2050, ils ont dit oui pour le meilleur et pour le pire... Amen.

http://www.voisinedeoliennesindustrielles.com
21/05/2017

Commentaire:  Pour résumé, ce référendum a dessiné la carte idéale pour les "dépeceurs" éoliens. Plus de perte de temps, ils savent où se rendre dans les territoires et dans les communes acquis. Merci qui? Les suisses dans leur majorité sont tout aussi cons que les français. Comme quoi Einstein avait raison: " Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."
php


 image N. Poussin, Paysage avec les funérailles de Phocion(détail), 1648


Les promesses de la stratégie énergétique ont condamné la nature au profit de l'industrie.
Voilà, la messe est dite. Heureusement il n'y a pas que du mauvais dans cette stratégie, nous allons donc l'avaler et faire tout ce que nous pourrons (encore...) pour éviter les couleuvres réservées aux jurassiens. Comme le dit un proverbe chinois: qui s'arrête complètement avant de faire un autre pas passera sa vie sur un seul pied.

dimanche 21 mai 2017

Hauts-de-France: quand le FN local pactise avec Nordex

Peuple manifestant, résistant à la colonisation de tes territoires par le lobby éolien, tu es seul. Tu ne dois rien attendre de la classe politique et de qui que ce soit. Tu dois mener ce combat contre la machine de "guerre" qu'est l'aérogénérateur en ne comptant que sur toi.  En avant toute.
SAUVONS L’HUMAIN, STOPPONS et DÉMANTELONS L’ÉOLIEN et BASTA!

Hénin-Beaumont
La dénonciation par Xavier Bertrand, Président de la région Hauts-de-France, de la cession de terrain appartenant à la ville d'Hénin-Beaumont dirigée par le FN (M.Steeve Briois ) à la société Nordex pour l'implantation d'une zone industrielle d'aérogénérateurs.
Programme du FN à la présidentielle:
Proposition 143: moratoire sur l'éolien!
No comment

Voir

Indium: vers une pénurie?

L'indium est l'élément chimique de numéro atomique 49, de symbole In.

Indium (49 In).jpg

Échantillon d'indium

Généralités sur l'élément indium et son corps simple

Cet élément monoisotopique stable appartient au bloc p, au groupe 13 et à la période 5 et au groupe IIIA dit du bore du tableau périodique ainsi qu'à la famille des métaux pauvres. Le rayon atomique de l'indium avoisine 1,50 Å.

Le corps simple indium In est un métal gris brillant, à bas point de fusion à peine supérieur à 156 °C, résistant à la corrosion atmosphérique.

Ce métal malléable présente une chimie assez analogue à l'aluminium et au gallium, mais aussi au cadmium et au thallium. L'électronégativité selon Pauling est de l'ordre de 1,7(̠8), alors que celles du Ga et Al avoisinent respectivement 1,6 et 1,5.

Il est rare. L'indium est resté un « métal ou un élément de laboratoire » jusque dans le début de l'entre-deux-guerres 10. En 1924, on découvre que l'indium peut stabiliser les métaux non ferreux 11. En 1940, l'indium comme revêtement protecteur et anticorrosion de longue durée améliore les roulements à billes du matériel aéronautique militaire. Au début des années 1970, selon le chimiste Bruce Mahan (en), l'indium ne présente pas d'usage important. Au début des années 1980, les contributeurs chimistes de l'Encyclopedia Universalis admettent qu'il y a peu de composés d'indium étudiés et bien connus (probablement en vue d'applications). Sa récente utilisation massive, notamment dans les écrans plats LCD, ont fait passer son prix de 80 à 800 €/kg (70 à 1 000 $/kg aux taux courants 12) entre 2001 et 2005 13,14. La pénurie actuelle en fait une matière première minérale critique.

samedi 20 mai 2017

Jacques Rancière : « Le peuple est une construction »

http://www.revue-ballast.fr
4 mai 2017

Entretien paru dans le n° 3 de la revue Ballast


Rencontre avec le philosophe de l'égalité démocratique. 

Nous ignorons qui des deux candidats occupera bientôt le trône. Nous savons seulement qu’il faudra, plus encore que naguère, tenir tête au nouveau pouvoir — qu’il ait le visage d’un Golden Boy, carnassier à temps plein et apôtre de Margaret Thatcher, ou celui d’une héritière, républicaine auto-proclamée escortée de fascistes en cravate. Il fut souvent question du « peuple », le temps de cette campagne ; aux commentaires médiatiques du match de la veille, préférons le temps long : le philosophe Jacques Rancière nous parle, justement, de ce « peuple » qui n’est, à ses yeux, pas la population mais la somme des anonymes en paroles et en actes. Le peuple de la démocratie, mot dont l’auteur de La Méthode de l’égalité tient à nous rappeler tout le tranchant tant que « l’État [sera] gouverné par des drogués du pouvoir et des représentants des intérêts financiers ».


La notion de démocratie est omniprésente dans votre travail. Blanqui estimait qu’elle était toutefois un mot « en caoutchouc » tant elle était flottante et récupérable. Pourquoi tenez-vous autant à ce terme ?

Pour qu’il y ait politique, il faut qu’il y ait un sujet spécifique de la politique. Telle est mon idée fondamentale. Il ne suffit pas de gens qui gouvernent et d’autres qui obéissent. C’est la grande séparation initiale entre l’art de l’élevage et la politique : cette dernière suppose toujours que la même personne qui gouverne soit gouvernée. C’est cela qui m’a paru important pour cerner le rapport entre démocratie et politique. Pour qu’il y ait politique, il faut qu’il y ait quelque chose qui s’appelle le peuple : il doit, en même temps, être l’objet sur quoi porte l’activité politique et le sujet de ladite activité. Dans tous les modèles ordinaires de « l’art de gouverner », on suppose une certaine dissymétrie : il y a une masse à gérer et ceux qui ont la capacité de le faire — la légitimation du pouvoir fonctionne ainsi. « Démocratie » n’est pas, à l’origine, le nom d’un régime politique mais une insulte (le gouvernement des moins que rien, le gouvernement de la canaille). C’est ce gouvernement des gens qui ont pour propriété de n’avoir aucune propriété qui les autorise à gouverner, aucune propriété qui distingue ceux qui sont bons pour gouverner de ceux qui sont bons pour être gouvernés. C’est pour cela qu’il m’a paru pertinent de conserver ce mot ; il est celui qui dit l’absence de légitimité fondamentale du pouvoir, celui qui dit que tout pouvoir est contingent — le pouvoir des autorités oligarchiques que nous connaissons, comme celui de l’avant-garde qui se réclame de la révolution.

L’Académie des sciences sur le renouvelable, peut mieux faire…

https://ideesrecuessurlenergie.wordpress.com
Publié le 7 mai 2017

Commentaire: (...)  L’Académie des Sciences fasse un travail beaucoup plus pointu pour être utile.
http://www.academie-sciences.fr/fr/Rapports-ouvrages-avis-et-recommandations-de-l-Academie/avis-sur-la-transition-energetique.html
php

Rectifions cette posture un peu trop politiquement correcte…
Je cite :
« La part totale des ENRis ne peut pas aller très au-delà de 30-40% sans conduire à des coûts exorbitants».

Une telle formulation laisse penser que, jusqu’à ce pourcentage il n’y a pas de problème pour le bilan du parc nucléaire de EDF ?

Or il y en a dès aujourd’hui. Voir l’étude CREDEN (Percebois). La perte de valeur de notre parc décarboné ne peut qu’augmenter au fur et à mesure que se développe le parc des ENRis. Macron entend doubler les ENRis d’ici 2023 et le parc français devrait passer à 15% du mix en 2025, soit le parc allemand d’aujourd’hui… Qui gâche un immense potentiel social mais masque un dumping habile sur la productivité des agriculteurs à l’export (La France paysanne s’en ressent).

Ô société civile, que de primes on commet en ton nom !

Par Antoine Perraud
19 mai 2017
Blog : Tournure

En usurpant la notion de « société civile », ce gouvernement se paie de mots détournés. Il tord le vocabulaire pour semer la confusion dans les esprits ainsi domesticables. Mal nommer, c'est déjà ruiner la vigilance démocratique...

Ami, entends-tu les cris sourds du langage qu’on enchaîne ? Les mots finissent par ne plus rien dire – au point de signifier ce que leur dicte l’idéologie dominante. Mediapart publiait ainsi l’an dernier un entretien avec la philosophe Marie-José Mondzain qui analysait, à partir du rapt par Emmanuel Macron du terme « saxifrage », comment le libéralisme économique siphonne le vocabulaire et anesthésie l'action politique en délégitimant la « radicalité ».