mardi 28 février 2017

Le vilain secret des énergies renouvelables

https://fr.express.live

27/02/2017

 wind_turbine_from_under.jpg



Alexander Lemke

Le recours aux sources d’énergie renouvelables a beaucoup progressé au cours de ces dernières années, pour le plus grand bénéfice de tous, mais ce qui semble une bénédiction recèle un vilain secret, affirme The Economist. En effet, des investissements énormes seront nécessaires pour qu’elles puissent totalement se substituer aux sources d’énergie polluantes. Mais il y a là un problème de financement, et pour le résoudre, il faudra développer un nouveau business model.

Le nucléaire à la croisée des chemins

http://www.lemondedelenergie.com
par Jacques Percebois
publié le 28.02.2017

Commentaire: La majorité des français sont pro-nucléaire et contre les ENRi. Sinon, comment expliquer le score minable des écologistes à l'élection présidentielle avec pour principale mesure dans leur programme l' arrêt du nucléaire (2025)? Oui, comment?
php

 centrales
Crédit photo : @EDF – Christophe Guibbaud

Pour Jacques Percebois, Professeur émérite à l’Université de Montpellier, fermer de façon prématurée des centrales qui fonctionnent et sont largement amorties serait une hérésie économique.

dimanche 26 février 2017

L’individu privatisé

http://www.monde-diplomatique.fr
Cornelius Castoriadis
février 1998

Décédé le 26 décembre 1997, Cornelius Castoriadis, philosophe et analyste, était l’une des figures les plus fortes de la vie intellectuelle française. Grec de naissance, il est arrivé en 1945 à Paris, où il a animé la revue « Socialisme ou Barbarie ». En 1968, il publie, avec Edgar Morin et Claude Lefort, « Mai 68, la brèche ». A la fin des années 1970, il participe à la revue « Libre ». A côté de son maître ouvrage, « L’Institution imaginaire de la société » (1975), il est l’auteur d’autres livres fondamentaux, regroupés en une série commencée en 1978 : « Les Carrefours du Labyrinthe » (1).
 
La philosophie n’est pas philosophie si elle n’exprime pas une pensée autonome. Que signifie « autonome » ? Cela veut dire autosnomos, « qui se donne à soi -même sa loi ». En philosophie, c’est clair : se donner à soi -même sa loi, cela veut dire qu’on pose des questions et qu’on n’accepte aucune autorité. Pas même l’autorité de sa propre pensée antérieure.

Romain Gary: la nuit sera calme / 3

Ce livre est une longue suite d'un entretien fictif avec François Bondy (avec son accord), ami d'enfance de l'auteur, narrant les années où Romain Gary servait dans les Forces françaises libres puis ses débuts dans la carrière diplomatique. Romain Gary est l'auteur qui pose les questions et qui apporte les réponses.

Annotations: php




Extrait
(...) «Je n'ai pas une goutte de sang français mais la France coule dans mes veines», aime rappeler Romain Gary.

« Je suis dans la bourgeoisie. J'essaye simplement de mettre le nez dehors, et je prends des bains. Je suis un bourgeois libéral à aspirations humanistes, et humanitaires. J'appartiens donc à la tribu de ceux que Gorki (1) appelait «les clowns lyriques faisant leur numéro de tolérance et de libéralisme dans l'arène du cirque capitaliste»... Politiquement, j'aspire au socialisme à «visage humain», celui qui a accumulé tous les échecs mais n'a cessé de montrer la seule direction de marche qui me paraît digne d'être suivie ».

Eolien: ne les laissons pas nous voler notre destin

https://www.facebook.com/OcotilloWindTurbineDestruction

Quoi de plus polluant et de plus destructeur qu'une éolienne? Désirons-nous devenir des "californiens" hauts marnais, bourguignons, francs- comtois, nordistes, bretons, vendéens, occitans, auvergnats, belges, suisses, etc.? Ne les laissons pas nous voler notre destin.
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php

Ocotillo Wind
Le "parc" est situé dans l'ouest de Imperial County en Californie. Plus de 500 millions $  d'investissement pour une puissance installée 265MW pour 112 éoliennes.

carte Ocotillo Vent
source: http://patternenergy.com

samedi 25 février 2017

Eolien: J.L Mélenchon 2012: c'est non; J.L Mélenchon 2017: c'est oui

Le candidat J.L Mélenchon en campagne présidentielle de 2012 parlant des éoliennes et de la mocheté de celles ci dans le paysage.
5 ans plus tard, cette mocheté est tout à fait acceptable et... souhaitée.
Faisons un geste de bonté: dégageons-le!

La Raison d’État ou les tribulations d'une politique énergétique

http://lemontchampot.blogspot.fr/
25/02/2017

Le malentendu
Le principal malentendu de la politique énergétique actuelle semble apparaître en termes de compétitivité, dans la comparaison de la valeur d'un MWh pilotable avec celle d'un MWh intermittent, pour la raison qu'il ne saurait rendre le même service.
La sécurité impose une fourniture électrique constante répondant immédiatement aux besoins de la consommation, comme autant de parachutes dans un avion que de passagers à l'instant T.

Pourquoi le PS et les Verts prennent en otage le nucléaire

https://www.challenges.fr
Nicolas Stiel
Le 24.02.2017

Hier l’écologiste Yannick Jadot a annoncé le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle au profit du candidat socialiste Benoît Hamon. Et leur accord stipule une sortie du nucléaire d'ici 2025. Analyse de cette annonce iconoclaste.


Dans l'accord EELV-PS, Yannick Jadot s'est félicité d'avoir obtenu un engagement sur "la sortie du nucléaire en 25 ans", la fin de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou encore davantage de proportionnelle aux élections. (GUILLAUME SOUVANT/AFP)

Hier l’écologiste Yannick Jadot a annoncé le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle au profit du candidat socialiste Benoît Hamon. Les termes de l’accord comprennent des volets sur la géopolitique, l’égalité des territoires, le rapport au travail, la santé environnementale, l’agriculture, l’alimentation et la transition énergétique. Sur ce dernier thème, le point le plus saillant concerne bien sûr le nucléaire. La plateforme présidentielle PS-Verts stipule la «mise en œuvre d’une sortie progressive et intégrale du nucléaire, avec l’objectif d’y parvenir à horizon d’une génération, soit 25 ans, avec fermeture des premiers réacteurs durant la mandature.» Cette annonce a bien sûr fait bondir les pro-nucléaires. «C’est irresponsable, s’insurge Valérie Faudon, déléguée générale de la Société Française d’énergie nucléaire (SFEN). Si on veut limiter la hausse de la température moyenne sous les deux degrés en 2100, on a besoin du nucléaire qui est une énergie décarbonée.»

Le houille, une usine à gaz

Histoire du bocal
Harry Cover
16 février 2017 
Numéro 49 Gaz de houille 

Commentaire: Jusqu'à quand les populations rurales de France vont-elles supporter l'agression et la destruction de leur environnement et de leur confort? Oui jusqu'à quand... avant de se révolter?
 php









À la fosse d'Oignies, le 20 décembre 1990, les mineurs effectuent une dernière extraction de houille. Elle marque la fin de l'exploitation charbonnière du Nord-Pas de Calais. Ces deux siècles d'exploitation minière ont laissé un paysage indéniablement remodelé, des taux de maladies et de cancers largement supérieurs à la moyenne nationale et un chômage record. On pensait que cette histoire d'exploitation du sol et des hommes était bel et bien enterrée, que les leçons du drame avaient été tirées. Mais c'était sans compter sur quelques têtes dures aux dents longues pour rouvrir, outre nos cicatrices, les sous-sols.

Énergie renouvelable : science économique versus discussion de comptoir

Énergie et matières premières
Par Fabrice Houzé.
Publié le 25 février 2017 

Commentaire: "La terre est belle vue de l'espace, parce que vue de chez moi, c'est pas ça."
"L'aventure, si c'est pour se geler les noix au pôle Nord, je reste au lit avec deux glaçons dans le slip!" "C'est bien joli de vivre de plus en plus vieux, mais j'aimerais autant vivre de plus en plus jeune!"


Sans chiffres, un débat économique tourne vite à la discussion de comptoir. Avec les chiffres, ce n’est pas gagné non plus ! Encore faut-il les soupeser avec circonspection avant d’en tirer des conclusions.


By: Môsieur J. version 9.1CC BY 2.0

« Un économiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé. »

C’est ainsi que Michał Kalecki, économiste polonais précurseur de John Maynard Keynes, soulignait sur le ton de la plaisanterie deux erreurs économiques répandues.

Eoliennes : les Français veulent de la transparence

http://www.economiematin.fr
Ludovic Grangeon
25/02/2017

La campagne des présidentielles révèle un besoin profond des Français de transparence à tout niveau.
Depuis plusieurs années, sous couvert de « simplifications administratives », des groupes de pression organisés ont déployé un dispositif bien rôdé qui donne toute facilité à des promoteurs financiers d’implanter, n'importe où, des opérations d’éoliennes. Les associations et les blogs de refus de ces envahisseurs éoliens se multiplient actuellement, les manifestations anti corruption aussi. Dans certaines régions, c'est une explosion, comme dans les Hauts de France la Somme, l'Aisne, la Thiérache, les régions normandes, ou en Auvergne Rhône Alpes, les Monts de la Madeleine, le Velay ou encore dans l'Aubrac massacré, le Levezou, la Lozère, la Bourgogne, le Jura, le Morvan etc.. Le dernier rassemblement spontané anti corruption a rassemblé 800 personnes à Saint Étienne.

vendredi 24 février 2017

Depuis 40 ans, la communication sur l’approvisionnement énergétique de la France a été confisquée aux ingénieurs

Énergie
par Pierre Thouverez
Posté le 10 janvier 2017

Cité plusieurs fois dans un article du 17 octobre 2016 (100% d’énergie renouvelable en France : un projet «délirant» ?), Philippe Hansen* a souhaité bénéficier d’un droit de réponse.

Le voici :
Peu à peu, depuis quarante ans, la communication sur l’approvisionnement énergétique de la France a été confisquée aux ingénieurs pour se trouver partiellement, si ce n’est pas totalement aux mains d’une mouvance politique.

Pourquoi tant d’éoliennes dans le Gâtinais ?

http://fr.friends-against-wind.org
 La.B.
22/02/2017

Commentaire: Ici comme ailleurs, la première des raisons de la "colonisation" éolienne est le manque d'opposition forte des populations à ces "usines" en amont, présentement et en aval. Quand aux maires et aux élus (es), ils devraient s'en tenir à un raisonnement simple: ZÉRO ÉOLIENNE! Et puis organiser la résistance (si contre évidemment) au lieu de "pleurnicher". Quand aux autres acceptant le "pacte" avec le "Diable", en 2020, nous pourrons tout à loisir les "dégager". Sans les oublier pour autant quand sera venu le temps du démantèlement... si toujours aptes.
php


À l’heure à laquelle l’Irlande interdit leur installation à moins de 1 209 m des habitations, des éoliennes sont prévues à 600 m de maisons du Beaunois, du Pithiverais, de Treilles, Gondreville... Si volumineuses que même Ladon est concerné par l’enquête publique ayant cours jusqu’au 13 mars.




Attirées par les aides publiques, les sociétés éoliennes multiplient les projets. Plusieurs se dessinent dans l’ouest du Gâtinais. Mais leurs méthodes posent question. Ce sont les élus qui le révèlent.

Des éoliennes de près de 200 m de haut, voilà ce qui est en train d’apparaître, en réalité ou en filigrane, dans le paysage du Gâtinais. Plus précisément côté ouest. Le secteur est d’autant plus attractif qu’il n’est pas très peuplé.

De nombreuses sociétés œuvrent en sous-marin dans le dos des élus

Dans ce cas, pourquoi ne pas y installer des éoliennes ? La question peut très bien se poser. Le hic, c’est qu’elle ne se pose pas.

De nombreuses sociétés éoliennes préfèrent passer dans le dos des élus. Dans certains villages, le conseil municipal sait que son territoire est dans le collimateur d’une société. Voire deux... ou trois ! Comme à Treilles-en-Gâtinais, par exemple.

Le conseil municipal de Treilles l’apprend par hasard
Deuxième adjoint à Treilles, Laurent Roger raconte : « En novembre dernier, un habitant est venu nous voir avec des ébauches de plans qu’il avait récupérées lors d’une réunion qui venait de se tenir en privé. Cet habitant voulait connaître notre avis sur la question. Sauf que la commune n’était au courant de rien du tout ! »

Curieuse vision de la démocratie. « Nous avons ensuite eu écho que cette société, VFB, devait nous présenter son projet en janvier. Nous attendions toujours... Alors nous les avons appelés, ce 9 février. Il nous a été répondu que nous n’étions pas les plus concernés. »

Des maires harcelés
« Mais comment répondre une telle chose alors que les mâts doivent faire 164 m de haut ? », s’interroge le maire, Henri Molinier. Un maire qui affirme avoir été « presque harcelé, depuis les dernières municipales, par toutes sortes de sociétés éoliennes, à raison d’un coup de fil par semaine ou une semaine sur deux ! »

Au final, certaines municipalités sont convaincues, d’autres pas. À Treilles, on ne l’est pas. « Mais on ne souhaite pas faire la guerre aux élus qui le sont », dit Henri Molinier. Et ils ne sont qu’à une poignée de kilomètres. S’il envisage une réunion publique, le conseil municipal ne cache pas qu’il n’apprécie ni les méthodes ni la perspective de voir le prix de l’immobilier chuter sur son territoire dans son ensemble. La 3e adjointe, Françoise Woehrlé, enfonce le clou : « Dans l’étude publiée il y a dix ans, nous n’étions pas dans un couloir de vent intéressant. Une société avait d’ailleurs chiffré qu’une éolienne — évaluée à plus de 4 M € — rapporterait à Treilles 660 € par an, soit moins de 2 % des indemnités annuelles. » Et là, le vent n’a sûrement pas tourné. Ce qui a changé, de l’avis de très nombreux élus du Beaunois, c’est l’appel d’air provoqué par la mise à disposition de l’argent public.


Des projets à foison
Dans la même zone, 3 projets :
Gondreville-Courtempierre, société Intervent.
Courtempierre-Treilles-Gondreville : 20 éoliennes, Sté VFB
Girolles-Préfontaines-Treilles : 10 éoliennes, Sté La Compagnie du Vent

Par ailleurs, à Lorcy, 7 éoliennes, Sté Volkswind.
Arville : 6 installations en cours, Sté Éco Delta

Point de vue
C’est dans le vent !

Des éoliennes en voulez-vous, en voilà ! Ces gigantesques pylônes à trois pales fleurissent un peu partout dans le nord du Loiret et ailleurs. Ils sont légion en allant en Beauce, de  chaque côté de la route parfois.




Transition énergétique oblige ! C’est dans l’air du temps, pour ne pas dire dans le vent. Il n’empêche que ça gâche le paysage. Pas plus que les lignes à haute tension auxquelles nous sommes habitués, dira-t-on. Tout de même ! À l’œil, c’est nettement plus visible et plus moche. Les éoliennes ont beau être toutes blanches, elles ne passent pas inaperçues, surtout pour les populations vivant aux alentours. Et elles deviennent de plus en plus hautes.

Des associations de riverains se créent, ferraillant contre les projets de parcs éoliens. C’est le cas dans le Beaunois et dans le nord du Gâtinais. Le plus étonnant est que ces projets sont, pour certains, montés dans le dos des élus, sans qu’ils soient consultés. Et lorsqu’ils s’y opposent, il n’est même pas sûr qu’ils obtiennent gain de cause, tant la pression et la puissance des sociétés éoliennes sont fortes.

Le procédé est pour le moins curieux car c’est la collectivité toute entière qui est sérieusement impactée par ces moulins à vent des temps modernes, visibles à des dizaines de kilomètres à la ronde. C’est surtout vrai pour les riverains qui redoutent, à juste titre, une chute des prix de l’immobilier dans les secteurs concernés.

Malgré cela, les projets foisonnent. Les sociétés de l’éolien, pour la plupart étrangères et attirées par les aides publiques, se ruent sur l’opportunité qu’est l’essor de l’énergie propre.

Mais à quel prix pour l’environnement de proximité ?
Francis Bonnet

Des conseils municipaux tiraillés
Tout près de Treilles, certaines communes seraient favorables à l’installation d’éoliennes, comme Gondreville par exemple. C’est d’autant plus délicat qu’on est là sur de courtes distances en campagne. C’est ainsi que Ladon est concerné par les éoliennes de Lorcy...

« Sincèrement, j’aimerais obtenir un avis scientifique honnête et je ne l’ai pas. Beaucoup sont comme moi dans l’expectative », concède le 1er adjoint de Gondreville, M. Baudoin. « Mais il faut aussi, comme notre maire, avoir le courage de travailler pour le futur. Personnellement, j’aimerais qu’on puisse organiser un referendum dans les communes concernées pour avoir l’avis de la population. »

Autre exemple : Beaumont. Comme beaucoup de ses homologues, le maire, Hugues Moncel, trouvait « anormal que la taxe rapporte à toute l’intercommunalité alors que peu de communes sont impactées en réalité. » Le maire dit désormais « qu’il faut jouer le jeu de la "com com", et qu’un projet est de l’ordre du possible, puisqu’aucun habitant ne s’est plaint des éoliennes installées à Sceaux, Mondreville et Gironville (1), pourtant proches. » « Deux sociétés sont en lice : une française avec du matériel étranger ; et un vendeur d’affaires qui revendra son dossier à un vendeur d’éoliennes. » Mais ceci ne va-t-il pas coûter plus cher ? « Cela n’est pas notre affaire », considère Hugues Moncel.

Le fait est que les élus des petites communes ont d’autres chats à fouetter, très sollicités par ces sociétés — et il n’y a pas qu’elles ! — qui leur réclament une entrevue seuls, sans adjoint. Attirées par les subventions, ces entreprises leur mettent ainsi la pression. « Elles qui peuvent très bien n’avoir que quelques milliers d’euros de capital et monter un projet de 2 millions d’euros... Pour se déclarer ensuite en faillite avant d’avoir mis à la Caisse des dépôts et consignation l’argent nécessaire au démantèlement futur des éoliennes en fin de vie », explique un ancien conseiller municipal. Qu’en sera-t-il donc de leurs installations dans 30 ou 35 ans ? À Lorcy comme à Treilles, on confie : « Nous ne nous faisons guère d’illusions, elles ne seront plus là pour assurer ni la maintenance ni le démantèlement des éoliennes. »

(1) Le 1er et seul parc éolien d’Île-de-France, inauguré en 2015.

Une voie romaine en partie détruite pour des éoliennes
Les élus et intercommunalités du Beaunois se sont prononcés contre l’installation d’éoliennes dans leur secteur pour de multiples raisons — dont le fait que l’argent échappe au territoire, toutes ces entreprises de l’éolien n’étant pas françaises. Ils ont même reçu l’appui du sénateur J.-Pierre Sueur et de la députée Marianne Dubois, pourtant de sensibilités différentes. D’où l’importance de l’enquête publique en cours. « Surtout qu’on peut vraiment s’exprimer lors de l’enquête », appuie Jean-Marie Vannier, maire de Vou.

Pourquoi donner la parole à cette petite commune d’Indre-et-Loire ? Parce qu’elle a affaire à la société Volkswind — celle qui est intéressée par le territoire de Lorcy (sous le nom des Terres chaudes).

Le maire de Vou n’a pas assez de mots pour dénoncer la manière dont se comporte la société éolienne. « Pour faire passer leurs futurs réseaux, ces gens s’apprêtent à détruire en partie le Grand Chemin de Saint-Martin ; un chemin sous lequel se trouve une voie romaine faisant partie d’un ensemble européen ! » Considéré comme un patrimoine culturel à part entière, ce chemin part en effet de Hongrie pour arriver dans la bourgade où Saint Martin s’est éteint en 397.

Incroyable qu’on ne puisse pas le protéger... « Le problème, c’est que ce tracé est inscrit et non pas classé », explique M. Vannier, qui conclut : « Nous, petites communes, nous nous retrouvons face à des batteries d’avocats. Bien démunies pour protéger notre territoire. »

Haute Marne: projet 11è Parc national: partisans satisfaits, opposant déçus

jhm.fr
24/02/2017

Oui au 11e Parc national, synonyme d'attractivité nationale et internationale de la Haute Marne, synonyme de la sauvegarde de la biodiversité, de la qualité de vie des populations et de l'essor de l'activité économique (tourisme en masse), vitale à notre survie.
Ne passons pas à côté du destin et de l'avenir de notre jeunesse!
En avant toute
 php


La Cour des comptes tacle les États dans son bilan de Natura 2000

Journal de l'environnement
Par : Marine Jobert
 23 févr. 2017

  

La protection des sites favorise la biodiversité
La Cour européenne des comptes a publié un rapport très critique sur la politique de l’UE en matière de sauvegarde de la biodiversité, accusant les États de bâcler sa mise en œuvre.

Les États membres n’ont pas suffisamment bien géré le réseau Natura 2000. Vingt-cinq ans après son entrée dans le droit communautaire, le jugement de la Cour européenne des comptes sur la mise en œuvre de ce réseau de 27 000 sites est sévère.

UFC-Que Choisir alerte sur les risques de la finance participative

www.economiematin.fr
par Laure De Charette
24/02/201

Commentaire: (...) " Ce sont en effet les projets que le secteur bancaire n’a pas jugés viables qui se retrouvent sur ces plateformes, à des coûts de crédit 2 à 3 fois supérieurs, ce qui rend les entreprises emprunteuses encore plus fragiles." (...)


Mesdames, messieurs les futur(es) ou les gogos éoliens... C'est pour vous. C'est cadeau!
php

 
EcoDigest*

 
Le rendement final de la finance participative s'établirait en réalité entre 0,33% et 1,6%.

L’association de consommateurs dénonce des « risques » et des « abus ».

Le crowdfunding plus risqué que prévu
Alors que le marché du financement participatif double chaque année pour atteindre plus de 440 millions d'euros en 2016, l’UFC-Que Choisir rend publique une étude pointant les techniques de commercialisation des plateformes fortement préjudiciables aux consommateurs prêteurs.

jeudi 23 février 2017

RWE plus optimiste malgré une perte record

http://www.lesechos.fr
Thibaut Madelin
correspondant à Berlin
le 23/02/2017

Commentaire:  5,7 milliards d'€ de perte et... le groupe reste optimiste. Nous 200€ de découvert et notre banquier s'affole. Un autre monde assurément.
(...) "Comme ses concurrents européens, RWE souffre de la faiblesse persistante des prix de gros d'électricité et des surcapacités de production liées en partie à l'essor des énergies renouvelables" (...). Encore une victime des ENRi!
RWE: https://fr.wikipedia.org/wiki/RWE
php



http://www.lesechos.fr/medias/2017/02/23/2067145_0211821357726_web.jpg
  RWE plus optimiste malgré une perte record

Le groupe d'énergie allemand a enregistré une perte de 5,7 milliards d'euros en 2016.
Il veut renouer avec les dividendes en 2018.

Coup dur pour les actionnaires de RWE. Le groupe a annoncé mercredi une perte record de 5,7 milliards d'euros au titre de l'exercice 2016 et une suspension du dividende pour les actions ordinaires. Mais le groupe d'énergie allemand a laissé entrevoir des jours meilleurs à ses actionnaires avec la promesse d'un dividende de plus de 50 centimes par action à partir de 2018 et « pour les années à venir ».

Marché de l’électricité et prix négatifs ou quand le consommateur est payé pour consommer

http://www.energie.sia-partners.com
26/10/2015

Commentaire: Instructif, non?
php




Les années 2000 ont vu apparaître en Europe sur les marchés spots et à termes, de nouvelles situations de prix de l’électricité négatifs. Des situations qui sont finalement révélatrices d’inefficacités de marché, puisque les producteurs payent pour produire et les consommateurs sont encouragés à consommer.

Et pendant ce temps, les chinois et le monde se "nucléarisent"...

http://geopolitique-electricite.fr/
22/02/2017

Commentaire: Les antinucléaires français (es) ont pour but la sortie du nucléaire (2050?) car ils estiment que celui-ci est dangereux pour la planète et pour les Humains. Partant de cette hypothèse et devant la recrudescence de l'exploitation de nouvelles centrales dans le monde (...)" Avec 72 réacteurs nucléaires en construction et 160 à l’état de projet, le développement du nucléaire se concentre pour les trois quarts dans les pays non membres de l’OCDE : Chine, Inde, Brésil, etc. Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, d’ici 2040, la capacité mondiale d’électricité d’origine nucléaire devrait croître de près de 60 %, permettant d’éviter le rejet de l’équivalent de quatre années d’émissions de CO2. " (...) http://www.sfen.org/fr/lenergie-nucleaire/le-nucleaire-dans-le-monde , pourraient-on en déduire que:
  1.  Seule, la filière nucléaire française est dangereuse? 
  2. Que tous les autres pays ont à leur tête au mieux des "imbéciles", au pire des "irresponsables"? 
  3. Que "nos" anti sont des "cons" (nes) et/ou des "irresponsables"? 
Vous avez 4 heures avant ramassage des copies.😉
php








mercredi 22 février 2017

Les Vues imprenables "on the road again"

A l'approche des élections présidentielle et législatives, à la vue des programmes des principaux partis (exceptés le FN et à un degré moindre le LR) qui nous promettent une intensification de la "colonisation" et du massacre éolien de nos territoires et la mise à mal de notre bien être quotien, la mobilisation nationale est plus qu'impérative, elle est vitale pour notre devenir.

Plus de temps à perdre, c'est avant tout dans la rue que doit s'exprimer notre refus avec pour seul slogan: ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!

Les Vues vous donnent rendez-vous "on the road again" à:
-Sermanges (39), le 4 mars, pour une marche verte organisée par "Les amis du patrimoine et de l'environnement de Sermange". Rendez-vous dans la cour de la Mairie à 14H30. Avec boisson chaude offerte en fin de manif😊
-Besançon (25), le 25 mars. Rendez-vous sur l'esplanade des Droits de l'Homme à14H30.

Affiches

Les énergies « renouvelables » ne font que continuer la civilisation industrielle

https://reporterre.net
 Nicolas Casaux
21 février 2017
Nicolas Casaux est membre de l’organisation internationale Deep Green Resistance.

Commentaire: Remarquable analyse de l'escroquerie éolienne "verte". Par ses arguments implacables, elle "dénonce" le discours mensongé politique rabâché depuis des décennies par les élus (es) pro-éoliens, certains médias, certaines ONG et autres agences gouvernementale ou internationale. L'élection présidentielle et les législatives arrivent à point nommées pour envoyer un premier coup de semonce à ces menteurs (es) par dogme, par ignorance ou par profit. En attendant, le temps des "juges".  A consommer et à partager sans restriction...
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php





L’écologie, dans le discours politique dominant, tourne désormais, le plus souvent, autour du déploiement des sources d’énergie dites « renouvelables », présentées comme des innovations pouvant nous permettre de concilier le maintien d’un certain confort industriel moderne et le respect de l’environnement ; les principales autorités gouvernementales et scientifiques de la civilisation industrielle ayant admis, in fine, que les énergies issues de combustibles fossiles et du nucléaire, étaient polluantes, écologiquement destructrices, outre qu’elles dépendaient de ressources finies.

Du gouvernement des États-Unis à celui de la Chine, en passant par celui de la France, de l’armée états-unienne à Jean-Luc Mélenchon, du Réseau sortir du nucléaire à l’association negaWatt, des Colibris à Vinci Énergies, tous en font désormais la promotion. Bien sûr, les motivations diffèrent.

Dans les faits, le déploiement de ces technologies s’avère anti-écologique et antidémocratique. Par souci de concision, ce qui suit est une version abrégée des raisons pour lesquelles lesdites soi-disant énergies renouvelables sont une illusion de plus — s’inscrivant dans la longue lignée d’illusions promues par les idéologues du progrès — qui nous mène, et la planète avec nous, droit au mur. Pour une version plus étayée, suivez ce lien.

Voici les principaux points qui posent problème :
Ces technologies nécessitent des matières premières non renouvelables, en grandes quantités, et donc des pratiques extractivistes nuisibles à l’environnement, doublées de formes d’exploitations sociales, comme toutes les activités minières, ce qui n’est jamais discuté par leurs promoteurs. Un exemple : la construction de panneaux solaires, pour prendre l’industrie perçue comme la plus « propre », requiert, entre autres, les matériaux suivants, listés en avril 2016 par le site Resource Investor : l’arsenic, l’aluminium, le bore, le cadmium, le cuivre, le gallium, l’indium, le minerai de fer, le molybdène, le phosphore, le sélénium, le silicium, l’argent, le tellure et le titane. Les technologies dites « renouvelables » impliquent toujours des pratiques extractivistes nuisibles pour l’environnement. D’autant plus en raison de l’échelle colossale (planétaire) à laquelle leur développement est envisagé. Si l’on prend en compte toute l’énergie grise nécessaire à leur déploiement, leur caractère soutenable (écologique) est immédiatement remis en question, tout comme leur caractère démocratique (travail dans les mines, etc.).

Ces pratiques extractivistes sont dépendantes des combustibles fossiles, ainsi que l’explique le chercheur états-unien Ozzie Zehner dans son livre Green Illusions : The Dirty Secrets of Clean Energy and the Future of Environmentalism [1], nous devrions parler d’énergies alternatives « dérivées des combustibles fossiles », et pas d’énergies « renouvelables », ou « vertes », ou « propres ».

Le déploiement de ces technologies « vertes » bénéficie avant tout aux grands groupes industriels. Quelques exemples : le conglomérat industriel Adani (qui investit également dans les activités minières, dans le charbon, etc.) possède la plus grande centrale solaire du monde, en Inde ; le groupe Vinci s’occupe du développement de centrales solaires au Sénégal ; l’armée états-unienne est un des plus grands promoteurs des technologies « renouvelables » et en particulier des centrales solaires, qui fleurissent sur ses bases militaires ; la deuxième plus grande centrale solaire du monde (détrônée par la construction en Inde de celle du groupe Adani) appartient au groupe Berkshire Hathaway, un conglomérat et une société d’investissement états-unienne, dirigé par Warren Buffett et Charlie Munger, qui compte Bill Gates à son directoire et qui est, selon le Forbes Global 2000, la quatrième entreprise mondiale (on ne va pas détailler plus, vous comprenez bien qu’elle possède des investissements dans à peu près tout).

Le développement des énergies dites « vertes » est également à l’origine d’autres destructions écologiques. On peut s’en rendre compte en analysant un certain type d’articles mensongers (dont les titres sont du type : « Le Costa Rica tourne à 100 % avec des énergies renouvelables »), qui participe à la création d’un mythe qui entoure les sources d’énergie dites « renouvelables ». Confondant très souvent énergie et électricité, ou assimilant les deux (premier mensonge), ces éléments de désinformation encensent une des industries les plus dommageables pour le monde naturel : l’industrie des barrages, qui anéantit la biodiversité des rivières qu’elle déforme, qui participe au réchauffement climatique (le célèbre climatologue James Hansen dit des barrages qu’ils sont des « usines à méthane »), et qui entraîne des expulsions et des déplacements massifs de population (dénoncés, entre autres, par Arundhati Roy dans son magnifique essai publié en France sous le titre Le Coût de la vie).

 

La destructivité écologique de la civilisation industrielle ne relève pas que de sa production d’énergie. Bien avant le début de l’utilisation des combustibles fossiles, la civilisation, le type de société humaine fondé sur la croissance de villes, avait déjà appauvri la biodiversité mondiale, altéré le climat, et massivement déboisé la planète. Cependant, la production industrielle d’électricité induit l’accélération exponentielle des destructions. Et plus on augmente la quantité d’énergie disponible, plus les destructions se multiplient ; contrairement aux fantasmes de beaucoup d’écologistes, qui fondent leurs raisonnements sur l’hypothèse largement absurde et improbable, en l’état actuel des choses, selon laquelle la majorité des citoyens aspirerait à la sobriété dans tous les domaines, et serait guidée par une mentalité écologiste. Ce qui est faux, et relève d’une inversion des réalités. Loin d’être mises au service d’une illusoire transition énergétique, les énergies dites « renouvelables » s’ajoutent aux autres, qui continuent à se développer (on construit des centrales à charbon et nucléaires dans le monde entier, en Asie, en Amérique, en Afrique, en Océanie, et en Europe, où plus de 10 pays construisent ou planifient la construction de réacteurs) : toutes alimentent la croissance et l’étalement de la société de consommation industrielle.

En définitive, la promotion et le développement des énergies « vertes » ne bénéficient pas au monde naturel, aux plantes et aux animaux non humains, qui souffrent directement de l’implantation de ces nouvelles machines industrielles, des barrages aux centrales solaires en passant par les usines à biomasse et les parcs éoliens, et indirectement, en raison de tous les points déjà exposés ici. Elles ne bénéficient pas non plus aux êtres humains que ces nouvelles industries exploitent, ou à ceux que la société industrielle continue et continuera d’exploiter, et à tous ceux, humains et non-humains, qui viendront au monde sur une Terre au climat détraqué, à la biodiversité fortement appauvrie, et dont l’air, l’eau et le sol seront contaminés.

Pour toutes ces raisons, il est essentiel que nous comprenions, et que nous nous rappelions, que les besoins du monde naturel sont plus importants que les besoins des économies, et des sociétés humaines, puisque sans un environnement sain, aucune société n’existe, ni aucune économie. Et le monde naturel a besoin que nous démantelions autant d’usines que possible, et qu’au minimum nous cessions d’en construire ; il a besoin que nous mettions fin aux productions en masse de l’industrialisme, et qu’au minimum, nous les réduisions de manière drastique, et qu’au strict minimum, nous stoppions leur croissance ; il a besoin que nous délaissions une large partie de nos infrastructures de transport et de communication, et qu’au minimum nous cessions de les étendre, et ainsi de suite. Ce à quoi le développement des énergies « renouvelables » ne participe pas.

[1] Le livre n’a pas été traduit en français. Littéralement, son titre signifie : « Les illusions vertes : les vilains secrets de l’énergie propre et le futur de l’environnementalisme ».
Source : Courriel à Reporterre
- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.
Dessin : © Tommy/Reporterre
Photo :
. barrage : Unsplash (Anthony Da Cruz/CC0)

mardi 21 février 2017

L’éolien fauteur de troubles: pourquoi tant de protestations en Hesse (Allemagne)

http://fr.friends-against-wind.org
11/01/2017

« C’est comme la ruée vers l’or : il ne s’agit plus de protection de la nature ni de transition énergétique, il s’agit uniquement d’argent. » Rien ne fâche autant les habitants de la Hesse, en ce début d'année, que ces éoliennes de 200 m de haut.
Extrait du magazine MEX de la télévision allemande HR-Fernsehen du 11 janvier 2017. http://www.hr-online.de

Le Lander Hesse a pour capitale Wiesbaden, et pour plus grande ville Francfort-sur-le-Main.

Fichier:Map Germany Länder-fr2.svg
Carte des 16 Länder allemands Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Land_(Allemagne)

lundi 20 février 2017

Le vent pourrait-il remplacer le nucléaire ?

http://www.sauvonsleclimat.org
écrit par SLC
publié le vendredi, 13 Janvier 2017

Commentaire:  La maison "France" courre à sa ruine et nous entraîne avec elle. mais visiblement, elle a encore des "poches" à remplir...
php

Résumé

Au mois de Décembre 2016 de nouvelles exigences de l’Autorité de Sûreté Nucléaire appliquant, plus que jamais, le principe de précaution, ont amené EDF à mettre à l’arrêt une fraction importante du parc de réacteurs, et ce, à une période de forte demande. Alors que la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) prévoit que un tiers de la production nucléaire devrait être remplacée par les énergies renouvelables éolienne et photovoltaïque dès 2025, pendant ce mois de décembre la production éolienne n’a représenté que 3% de la consommation d’électricité, à comparer à 73% pour le nucléaire et 0,6% pour le photovoltaïque. Négligeant la contribution du photovoltaïque en plein hiver, nous estimons à quoi conduirait le remplacement complet du nucléaire par l’éolien, tout en assurant la demande de consommation à tout moment. La puissance éolienne actuelle de 11,3 GW devrait passer à 1200 GW, correspondant à 400 000 éoliennes de 3 MW, soit près d’une éolienne par km2. Le coût correspondant à un tel équipement serait de 1500 mds€, sans compter les frais de réseau, alors que celui du remplacement des réacteurs actuels par des EPR serait de l’ordre de 300 mds€ pour un coût de 5 mds€/GW. Si, comme le souhaite la LTECV, on n’envisage qu’une réduction de 30% de la production nucléaire au profit de l’éolien le surcoût atteindrait au moins 500 mds€.

Électricité renouvelable intermittente : Sans stocks, pas de courant !

http://www.sauvonsleclimat.org
écrit par SLC
publié le lundi, 06 Février 2017

Commentaire: Faisons simple et économique:
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA! 
php

Nous avons récemment démontré 1 que le remplacement de la production électro-nucléaire par la production des éoliennes et des cellules photovoltaïques coûterait entre 1200 et 1500 milliards d’euros (soit 22.400 € par Français). Ces sommes énormes sont la conséquence de la structure variable et intermittente des productions éoliennes et photovoltaïques. Tous les spécialistes, y compris ceux de l’ADEME, le reconnaissent : le stockage de l’électricité est le goulot d’étranglement du développement des productions d’électricité éolienne et photovoltaïque. Le soutien à ces productions renouvelables par l’intermédiaire de la CSPE 2 frisera les 7 Mds€/an TVA incluse, dès cette année 2017 3. Pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement relayé par la LTECV 4, cette contribution augmente de près d’un milliard par an.

Qu'arrive-t-il à la transition énergétique allemande?

 http://geopolitique-electricite.fr/
Lionel Taccoen
02/2017

Qu'arrive-t-il à la transition énergétique allemande? Nommée Energiewende, elle favorise les investissements solaires et éoliens et prône des productions décentralisées. Elle se présente comme un modèle mondial de lutte contre le réchauffement climatique.
Or les performances de l'Allemagne dans ce domaine s'effondrent. 

dimanche 19 février 2017

La technologie trahie la matière

 http://recherche-technologie.wallonie.be
Jean-Luc Léonard
janvier 2012

Commentaire:  Quoi de plus polluant qu'une éolienne? Tous les pro-éoliens sont "complices" de cette pollution mortelle pour... les chinois (es). Misérables!
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
 php

(...) "Mais à côté d'être peu banales, les terres rares ont un autre gros défaut: elles sont sales. Leur exploitation génère des nuisances que la Chine, qui n'est guère obsédée par la protection de l'environnement, tolère au prix de graves pollutions. Certains villages riverains des mines concernées ont été surnommés "villages cancer". Des régions entières ont été souillées par des déchets toxiques, corrosifs et même radioactifs qui contaminent l'atmosphère, les sols et l'eau." (...)

(...) "En août 2011, un rapport de l'Agence américaine de protection de l'environnement
(EPA) observait que chaque tonne d'éléments issus de terres rares (REE) générait, à travers les techniques de raffinage, autour de 10 000 m3 de gaz chargés d'acide hydrofluorique, d'acide sulfurique et de dioxyde de soufre avec, en prime, quelque 75 m3
d'eau usée acide et environ une tonne de résidus radioactifs.

La France vertueuse

http://lemontchampot.blogspot.fr
samedi 18/02/2017

Commentaire: Le soutien d'une grande majorité de nos élus (es), de tous niveaux, au lobby éolien et à son business (l'éolien devant pour ses "développeurs" être un business et non une œuvre caritative) s'explique: argent?,dogme!, corruption. En revanche, celui d'un très grand nombre de nos concitoyens reste un mystère.
En effet, qu'ont-ils à "gagner" dans cette histoire?
-De l'argent? Non, plutôt l'inverse avec une facture électrique toujours plus pour la même consommation afin de financer essentiellement les ENRi,
-Du confort? Non, durant les mois de décembre 2016 et janvier lors du grand froid, sans le nucléaire, même amoindri, ils auraient connu pour la majorité d'entre eux leur premier blackout, les ENRi étant en "vacances d'hiver", faute de vent suffisant,
-Moins de pollution? Non, pour preuve les statistiques de RTE nous indique que depuis deux ans, les émissions de CO2 sont en augmentation tout comme le nombre d'éoliennes,
-De l'emploi? Non, les éoliennes sont majoritairement importées et de fabrication danoises (Vesta), allemandes (Enercon, Nordex, Siemens), chinoises (MingYang Wind Power) indiennes (Suzlon), etc. Les chantiers sont dirigées et réalisés avec des équipes spécialisées étrangères (anglaises, danoises, espagnoles, portugaises, etc.), la maintenance est pilotée depuis les usines mères, reste la "petite" maintenance terrain qui nécessite très peu de main d’œuvre (1/2 emploi par éolienne). Chiffre à comparer avec l'emploi perdu dans les zones touristiques du fait d'implantations de nombreux "parcs" offshores et onshores. Les professionnels du tourisme estime à travers une première étude d’impact touristique réalisée en 2012, que les côtes françaises pourraient perdre jusqu’à 15% de touristes français et 30 % de touristes étrangers.
Sans parler des nuisances physiques pour beaucoup de riverains (es) suite aux bruits, aux infrasons, etc. Sans parler des dépenses supplémentaires pour la "sécu"...

Alors, revient en mémoire la célèbre phrase du président de la République Charles De Gaulle en juin 40 à Londres, à l’hôtel Connaught, lors d'un dîner en tête à tête avec son fils, au sujet des français qu'il ne voyait pas réagir ou qui s'estimaient battus d'avance:  «Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. » Que nous pourrions compléter par: "Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est con, on est con"
 Georges Brassens (1921-1981)

Serait-ce le début d'une explication?
php

La France vertueuse... mais jusqu'à quand?


L’avenir de notre planète est menacé par 7 milliards de terriens, à horizon 2050, dont les capacités de pillage et de destruction seront directement liées avec la quantité d’énergie dont chacun d’eux disposera.

samedi 18 février 2017

Romain Gary: la nuit sera calme / 2

Ce livre est une longue suite d'un entretien fictif avec François Bondy (avec son accord), ami d'enfance de l'auteur, narrant les années où Romain Gary servait dans les Forces françaises libres puis ses débuts dans la carrière diplomatique. Romain Gary est l'auteur qui pose les questions et qui apporte les réponses.

php




Extrait

(...)" «Je n'ai pas une goutte de sang français mais la France coule dans mes veines», aime rappeler Romain Gary.

Cet amendement qui va rendre la chasse aux délits financiers plus difficile

http://www.lesechos.fr
Helene Gully
Le 18/02/2017

Commentaire: Et dire que l'élection présidentielle est dans moins de 2 mois...
php



En pleine affaire Fillon, le parlement a adopté un amendement prévoyant un délai de prescription pour les infractions dites "occultes" et "dissimulées".

Une loi transpartisane adoptée à une large majorité. Après un dernier vote, l'Hémicycle a approuvé une proposition de loi par laquelle la justice double les délais de prescription. Le texte porte ainsi de dix à vingt ans le délai de prescription de l'action publique en matière criminelle. Pour les délits de droit commun, le délai doit passer de trois à six ans.

Dominique Plihon, porte-parole d'Attac France: "s’il n’y avait pas d’évasion fiscale, il n’y aurait pas de problème d’équilibre des finances publiques »

http://www.lemonde.fr
Dominique Plihon*
15/02/2017

Commentaire:  Instructif, non?
php


* Dominique Plihon, porte-parole d’Attac France et professeur d’économie financière à l’université Paris-XIII a répondu à vos questions lors d’un tchat du Monde.fr à propos de la lutte contre l’optimisation et l’évasion fiscales.

Que peut entreprendre la France, et plus généralement l’Union européenne (UE) pour lutter contre l’optimisation et l’évasion fiscale ? Alors que l’UE a déjà adopté, en 2016, une série de mesures dans la foulée du scandale « Panama papers », beaucoup s’interrogent sur la tolérance qu’elle affiche à l’égard de « petits paradis fiscaux », tels que l’île de Madère, à laquelle Le Monde s’intéresse, mercredi 15 février.

Faut-il vraiment avoir peur de l’intelligence artificielle ?

http://www.euractiv.fr/
Par : Sylvain Rolland
La Tribune
17 févr. 2017

Commentaire: Passionnant, non?
Première Loi : Un robot ne peut blesser un être humain ni, par son inaction, permettre qu'un humain soit blessé. Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi. Troisième Loi : Un robot doit protéger sa propre existence aussi longtemps qu'une telle protection n'est pas en contradiction avec la Première et/ou la Deuxième Loi."
Isaac Asimov (1920-1992), écrivain. Il a principalement traité deux grands thèmes : les robots et la psychohistoire. En France, toutes les nouvelles de robotique publiées par l'auteur ont été regroupées dans un recueil composé de deux tomes nommé Le Grand Livre des robots (https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Asimov)
php


L'automatisation des métiers sous l'effet de la robotique et de l'intelligence artificielle annonce un nouvel ordre social et un bouleversement profond de l'économie.
[Willyam Bradberry/Shutterstock]

L’automatisation des métiers sous l’effet de la robotique, et les capacités bluffantes de l’intelligence artificielle, annoncent un bouleversement profond de l’économie. Alors que l’inquiétude gagne du terrain, comment s’y préparer et anticiper un futur positif avec ces progrès inévitables ? 

Les emprunts toxiques, c’est 5,5 milliards d’euros pour le contribuable

https://www.contrepoints.org
Par Michel Albouy
Un article de The Conversation
Publié le 18 février 2017 

Commentaire: Il serait grand temps que nous, contribuables, nous nous occupions de nos affaires et pas seulement tous les 5 ans....
php

On se demande si la douloureuse expérience des emprunts toxiques servira de leçon pour l’avenir. On peut en douter tant la comptabilité et la finance ne sont pas les principaux centres d’intérêt de nos concitoyens.


By: R/DV/RSCC BY 2.0

Il est de bon ton pour les candidats à la présidentielle de mépriser une approche comptable (on n’ose pas dire financière) de la gestion publique. Ainsi, dans l’Émission politique de France 2 de jeudi 9 février 2017, Marine Le Pen répondait avec un petit sourire ironique à François Lenglet qui lui faisait remarquer le coût exorbitant et non financé de ses nombreuses dépenses nouvelles et de son projet de nationalisation des autoroutes : « J’adore votre vision comptable ! C’est tout ce que je rejette en économie ».

vendredi 17 février 2017

Électricité éolienne et solaire, émissions de CO2, et prix de l’électricité pour les ménages en Europe de l’Ouest

http://www.sauvonsleclimat.org
B.Durand*
Publié le vendredi, 17 Février 2017 
* Ancien directeur de la division Géologie-Géochimie de l’IFPEN, puis de l’ENS de Géologie, ancien président du Comité Scientifique de l’European Association of Geoscientists and Engineers.

Résumé
Depuis 15 ans environ la plupart des pays d’Europe s’efforcent à des degrés divers d’augmenter la part des électricités renouvelables intermittentes (ELRi), essentiellement l'éolien et le solaire photovoltaïque, dans leur production d’électricité. Les raisons officiellement invoquées sont de réduire substantiellement dans ces pays les émissions de CO2 ,et d’accroître leur indépendance énergétique.

Cette taxe poids lourd qui nous a coûté un milliard d’euros

 https://www.contrepoints.org
Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe
Publié le 17 février 2017 

Commentaire: Nos femmes et hommes politiques sont comme ...le furet de la chanson:

Il court, il court le furet, le furet du bois mesdames.
Il court, il court le furet, le furet du bois joli. (bis)
Il est passé par ici, il repassera par là,
Le furet du bois mesdames, le furet du bois joli.
Il court, il court le furet, le furet du bois mesdames.
Il court, il court le furet, le furet du bois joli. (bis)
Le voici encore ici, le voilà maint'nant par là,
Le furet du bois mesdames, le furet du bois joli.
Il court, il court le furet, le furet du bois mesdames.
Il court, il court le furet, le furet du bois joli. (bis)
Il est entré par ici, il est ressorti par là,
Le furet du bois mesdames, le furet du bois joli.
Plus vite le furet!
Oui! Allez!
Oui! Comme ça!
Il court, il court le furet, le furet du bois mesdames.
Il court, il court le furet, le furet du bois joli. (bis)
Il est passé par ici, il repassera par là,
Le furet du bois mesdames, le furet du bois joli.
Il est passé par ici !
Il repassera par là !
Il est passé par ici !
Il repassera par là !
Pourquoi se gêner? Les français ne sont-ils pas des "veaux?

Londres, en juin 1940 : "Il vient de stigmatiser l’armistice au micro de la BBC (…). Puis il me souffle : «Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent.»" (Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père).
php

Entre incapacité manifeste et erreurs évidentes, la France subit régulièrement les échecs de certains dirigeants. Et pourtant ceux-ci restent, reviennent, changent de directions, de commissions, de présidences…


Ségolène Royal By: UNclimatechangeCC BY 2.0

Presque un million d’euros ! Pénélope Fillon aurait reçu moins de 700 000€ nets de son mari, député. Les Français s’en scandalisent par média interposé quand bien même ces opérations étaient probablement légales. En même temps, la Cour de comptes confirme ce qui a été anticipé dans la rocambolesque déroute de la taxe poids lourd : c’est bien 1 milliard d’euros dilapidé en pure perte. 1400 fois plus !

Ainsi l’abandon de la taxe poids lourd constitue « un gâchis patrimonial, social et industriel » conclut la Cour. En plus de cela, pour compenser le résultat de son impéritie, l’État a choisi d’augmenter la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques). Les Français paient deux fois, ils y sont habitués…

Mais dans le premier cas, il aura fallu 15 ans (voire plus), dans le deuxième cas un an. C’est donc en fait 21 000 fois plus, il aurait fallu 21 000 députés pour faire pire, soit 430 législatures successives, là où ce ne sera que le quinzième de l’ère de la Vème république.

Et là, pourtant, de scandale, il n’y a point. Madame Royal, de ministère en présidence de région aura brûlé régulièrement les deniers publics, laissant 458 millions d’euros de dettes aux Poitevins par exemple. Elle a notamment tenté d’entrer au capital de certaines entreprises locales.

Le rappel des échecs par la Cour des comptes
Et la Cour des comptes de souligner, rappeler, montrer, année après année ces scandales financiers qui pourtant ne choquent pas, tellement habitués sommes-nous, peut-être, à voir ces lamentables échecs.

En janvier, elle soulignait la défaillance du fameux « État stratège », dont les déboires d’AREVA sont une illustration actuelle et révélatrice : l’action introduite sur le marché à 30 € en 2011, en vaut à peine 5 aujourd’hui. Ici c’est 10 milliards de capitalisations d’égarés. Anne Lauvergeon, directrice jusqu’en 2011, a pourtant été présidente d’une « commission sur l’innovation » en 2013, nommée par le Premier ministre d’alors, Jean-Marc Ayrault. Plus largement, les 67 participations cotées valaient 77,4 milliards fin 2016 contre 100 milliards un an avant. Alors qu’en 2016, le CAC 40 gagnait pourtant 4,86%, 22,6% de la valorisation du portefeuille étatique s’étaient évaporés.

Cette année encore, elle révèle que le « plan fibre optique » pourrait coûter 14 milliards de plus que prévus.

Plus tôt, elle s’interrogeait sur l’utilisation non conforme de 300 millions d’euros par trois ministres du gouvernement. La cour souligne néanmoins que cela « ne met pas en cause l’intégrité personnelle des personnes concernées ».

Le problème de la dette
La question de la dette est aussi problématique, que ce soit celle des municipalités, départements, organismes divers, État, etc. Certes, les électeurs peuvent sanctionner par les urnes en théorie. Mais pourtant si la question était posée franchement, aucun citoyen n’aurait souhaité que Nicolas Sarkozy alourdisse la dette de 600 milliards et que Hollande continue avec 400 milliards supplémentaires. Qui plus est, c’est une charge qui ne pèse pas sur ceux qui décident de la contracter, mais sur les générations à venir.

Entre incapacité manifeste et erreurs évidentes, la France subit régulièrement les échecs de certains dirigeants. Et pourtant ceux-ci restent, reviennent, changent de directions, de commissions, de présidences… Parce qu’il n’y aurait pas de fautes effectives, « actives », pas de volonté de tromper, il n’y pas de sanction. Là où la faillite menace celui qui commet un faux pas dans une entreprise, voire des amendes et la prison (Kerviel, Messier), rien ne vient troubler ceux qui ont pourtant manifestement fauté. On me rétorquera qu’il n’y a pas volonté évidente, pas de préméditation ; n’est-ce pas pire encore, preuve d’incompétence notoire ?
Toute responsabilité, publique qui plus est, ne peut être assumée sans jamais en répondre. Car, oui, il est criminel de détruire des sommes colossales en vain, des millions et des millions prélevés aux Français. Et si la concussion est sanctionnée à travers l’article 432-10 du Code pénal, punissant « le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû », rien n’est prévu pour les dérapages financiers flagrants, pas même une peine d’irresponsabilité politique. Le coupable peut donc continuer ses ravages. On pourrait imaginer une peine pour concussion sans préméditation. On pourrait doter la cour du pouvoir de déférer les responsables de ces malversations devant la justice…

Mais qui rendra les politiques responsables de leurs échecs ? Pour le moins il nous faudra sans doute attendre longtemps avant que le parlement accepte de se soumettre lui-même à un régime plus vertueux.

Le désastre de l'électricité en France... c'est maintenant




http://www.economiematin.fr
par Ludovic Grangeon
14/02/2017

10 ans de surdité, ça fait beaucoup
Depuis 10 ans, la Commission de régulation de l’Énergie répète inlassablement que les aides aux énergies renouvelables ont été très surévaluées. Jusqu’à cette année, la ministre pouvait se permettre de ne pas écouter cet avis autorisé et bizarrement, elle l’a systématiquement ignoré. Par contre la porte était large ouverte à des milieux d’affaires. De mystérieux réseaux d’influence ont hanté pendant ces années les couloirs des ministères et de l’Assemblée, et curieusement leurs propositions ont souvent été reprises à la virgule près. A quel prix ? Pour qui ? Le Ministère de la Justice n’a pas hésité à écrire en 2015 que ce secteur était sans doute l’un des plus exposés à la corruption. (SCPC)

jeudi 16 février 2017

Cinq pays dont la France bafouent les règles de pollution de l’air

Climat & Environnement 
Par : James Crisp, Janie Matthews 
Traduit par: Emilie Buffet
16/02/2017

Commentaire: Et en guise de réponse à cette plainte que décide le gouvernement français? Il s'obstine, que disons-nous, il s'acharne à se priver de son seul atout contre la pollution de l'air pour le remplacer par les ENR non pilotables (éolien et photovoltaïque) avec un résultat catastrophique.
Selon le bilan 2016 de Réseau de Transport d’Électricité ( RTE) :
Puissance installée (comparer à 2015)
-L'éolien + 13%,
-Le solaire + 9,3%.
Et pourtant, les émissions de CO2 ont augmentées pour la deuxième année consécutive malgré une baisse significative de la production totale d'électricité (2.8%).
Surprenant? Non, car qu'il y a t-il de plus polluant qu'une éolienne?
 
Lirehttp://bilan-electrique-2016.rte-france.com/
php

 
Manifestation de cyclistes contre la pollution causée par les transports

La Commission européenne menace de poursuivre en justice cinq pays, dont la France, pour ne rien faire contre le niveaux dangereux de pollution atmosphérique.

La Commission poursuit une procédure d’infraction contre la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni, qui pourraient se voir infliger de lourdes amendes.

Allemagne: l' électricité sera plus cher dans les prochains mois pour de nombreux ménages

http://notrickszone.com
Par P Gosselin
le 15 Février 2017

Verivox a publié un communiqué de presse annonçant que selon une étude réalisée par ses experts, l' électricité sera plus cher dans les prochains mois pour de nombreux ménages allemands : 75 services publics primaires augmentant leurs prix de 3,4% en moyenne en Février.
Pour une famille de quatre personnes avec une consommation annuelle de 4000 kWh, cela représente un coût supplémentaire de 42 euros par an. Déjà des dizaines de milliers de ménages vivent dans la pauvreté énergétique.

mercredi 15 février 2017

De l'aspect contre productif de l'éolien

http://lemontchampot.blogspot.fr
15/02/2017

Commentaire:  Nos "amis(es) écolos" d' EELV, premiers soutiens en France du big business éolien, dénoncent au Parlement européen (parti EE,) la signature du CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement, traité global de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada). Cet accord sacrifiant " le projet européen au nom du big business".
Et pendant ce temps là que font la majorité des français (es)?
php

De l'aspect contre productif du développement éolien en regard des objectifs pour lequel il est subventionné

RTE vient de publier le bilan électrique 2016.
http://bilan-electrique-2016.rte-france.com/


Macron: Nous doublerons d’ici à 2022 la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque

http://epaw.org
05/02/2017

Commentaire:  Pour rappel. (...)" 30 milliards d'euros d'investissements privés seront mobilisés" (...). Et combien d'argent du contribuable?


php


Environnement

Premières propositions 

 Les 4 objectifs pour la transition écologique.

Même Bill Gates ne croit pas à l’éolien !

http://fr.friends-against-wind.org
L. R.
13/02/2017


« Ce système mis en place ne peut perdurer qu’avec des subventions provenant de taxes que paient les utilisateurs finaux et il ne profite qu’à une petite poignée d’industriels de l’éolien
et du solaire. »

 
Bill Gates, le fondateur de Microsoft a créé un fonds pour les énergies propres : l’éolien n’en fait pas partie…

Un pavé dans la mare de la bien-pensance environnementale dans le Financial Times : le milliardaire de Seattle (État de Washington), l’État des écolo-bobos aux USA se déclare opposé à la poursuite du financement de l’éolien industriel, tout en se déclarant pour les « vraies » énergies renouvelables.

dimanche 12 février 2017

Romain Gary: la nuit sera calme

Ce livre est une longue suite d'un entretien fictif avec François Bondy (avec son accord), ami d'enfance de l'auteur, narrant les années où Romain Gary servait dans les Forces françaises libres puis ses débuts dans la carrière diplomatique. Romain Gary est l'auteur qui pose les questions et qui apporte les réponses.
 php













Extrait

(...)" «Je n'ai pas une goutte de sang français mais la France coule dans mes veines», aime rappeler Romain Gary.

samedi 11 février 2017

Nucléaire ? Éolien ? Voici le coût réel

http://fr.friends-against-wind.org
Claude Brasseur
mathématicien astronome, chercheur et fondateur d’un centre de recherche sur les énergies renouvelables
brasseurvossen@skynet.be
06/02/2017



 Commentaire: Le coût réel de l'éolien, c'est le coût humain et animal. Et cela n'a pas de prix.
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php


« Faisons comme si on ne comparait pas des chèvres avec des choux et comparons le coût du nucléaire au coût de l’éolien. »




Le prix des éoliennes tourne autour de 1 million d’euros par MW avant installation et augmente progressivement du fait de leur gigantisme croissant qui impose des matériaux de plus en plus chers, de plus en plus rares.


 Les uns disent que l’éolien est LA solution pour l’avenir et qu’il vaut infiniment mieux que le nucléaire, qui serait beaucoup trop cher. Les autres constatent les nuisances éoliennes telles que le bruit, les infrasons, les effets stroboscopiques, la destruction de la nature et de l’environnement… le prix tragique du kWh fourni ! Examinons ces deux sources d’énergie en nous limitant au prix (1). 
Comparons l’éolien au nucléaire... même si, à vrai dire, cette comparaison n’a pas de sens puisque le kWh nucléaire est fourni selon nos besoins et que les bouffées de vent apparaissent selon les hasards de la météo et surtout quand on n’en a pas besoin. Et ceux qui prétendent créer une connexion entre pays proches feraient bien de voir les graphiques montrant que le temps est souvent fort semblable partout en Europe. En permanence, entre les bouffées de vent, on doit pouvoir disposer de centrales thermiques pour avoir quand même de l’électricité !

vendredi 10 février 2017

Le Danemark teste une éolienne de 9 MW

http://www.techniques-ingenieur.fr
par Pierre Thouverez
 08/02/2017

Commentaire: "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes"
php

Plus les pales d'une éolienne sont grandes, plus la turbine produit d'électricité. Les fabricants d'éoliennes jouent donc sur leur taille pour obtenir les machines les plus productives. Et Vestas Offshore Wind détient le dernier record en date : une éolienne de 9 mégawatts !

Fillon : sale temps pour les renouvelables !

http://www.techniques-ingenieur.fr
Par Matthieu Combe, journaliste scientifique
28/11/2016

Commentaire: Pour info ou rappel: Monsieur Macron est pour l'éolien: (...) " Certes, il souhaite garder le cadre de la loi sur la transition énergétique, qui doit conduire à faire tomber à 50% la part du nucléaire dans le mix électrique à horizon 2025. Pour cela, le candidat va mobiliser 5 milliards d’euros dans le cadre des investissements d’avenir. De même, il souhaite simplifier les procédures et réduire les délais pour favoriser le développement des énergies renouvelables" (...) https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/presidentielle-macron-passe-son-grand-oral-ecologique_453384

Faisons le point
Pour: MM Mélenchon, Jadot, Hamon et Macron.
Contre: Monsieur Fillon et Mme Le Pen
php

François Fillon, candidat républicain à la Présidentielle de 2017, reconnaît le consensus scientifique sur la réalité du réchauffement climatique. Pour réduire l'utilisation des énergies fossiles, il propose de renforcer la taxe carbone, développer le nucléaire et mettre fin aux subventions des énergies renouvelables.

Finalement si, la pause dans le réchauffement a bien eu lieu

http://h16free.com
10 février 2017 

Commentaire: Les mensonges et les scandales associés "politiques", financiers", "écologiques" "poussent" comme des champignons depuis des décennies et une grande majorité de français (es) sont à leur balcon ou accoudés au bar, pour assister au "spectacle" et... râler. Puis en avril/mai, plus de 70% d'entre eux se rendront aux urnes, en rangs serrés, pour l'élection présidentielle, afin d'accomplir leur devoir de citoyen car le droit de vote est et blabla blabla.... Entre temps, aucune manifestation de rue pour dénoncer ces scandales à répétition et réclamer une démocratie exemplaire, à l'image de d'autres pays comme l'Islande, le Brésil, la Roumanie, etc. A ce rythme là, nos élus (es) et les "forces" de l'Argent, maître du Monde?, ont encore de beaux jours devant eux.
"Tout ce que l’on imagine ne pas pouvoir, on l’imagine nécessairement, et l’on est par cette imagination même disposé de telle sorte qu’on n’a effectivement pas le pouvoir qu’on imagine ne pas avoir"*
Spinoza (1632-1677)

*Se mettre en lutte collectivement, c’est brisé le "cadre" qui nous est imposé par les Instituions et les "pouvoirs" annexes et qui nous maintient, tous, dans un état d'"impuissance".
php

Alors que l’accord de Paris, signé suite à une COP21 tonitruante et forcément, évidemment réussie, semble se faire sauvagement détricoter par un Trump fraîchement arrivé à la Maison Blanche, déclenchant les petits cris stridents de la presse, c’est un autre pan des théories réchauffistes qui se retrouve dans une bien fâcheuse position.

jeudi 9 février 2017

L’écologie™ du spectacle et ses illusions vertes (espoir, « progrès » & énergies « renouvelables »)

LePartage
Collectif Le Partage
6 février 2017

Commentaire: indispensable manuel du résistant à l'éolien industriel!
php
 

L’écologie™ du spectacle

Contre le dessèchement de la pensée par la répétition paresseuse de sempiternels lieux communs ou par une frénésie conceptualisatrice faisant souvent fi de toute rigueur, l’exercice scrupuleux de l’esprit critique mérite, me semble-t-il, d’être instamment réhabilité. […] J’entends par esprit critique l’attitude consistant à ne porter des jugements que sur ce que l’on s’est d’abord efforcé de comprendre ; à recourir autant que faire se peut à des sources d’information de première main plutôt qu’à des synthèses toutes faites ; à ne rien tenir pour définitivement acquis et à refuser par principe tout argument d’autorité ; à se méfier de l’admiration stérilisante comme des aspirations puériles à l’originalité ; à toujours se demander si ce dont on parle existe réellement, pourquoi certains discours paraissent séduisants alors qu’ils ne résistent pas à un examen approfondi, et comment faire en sorte qu’une pensée soit à la fois logiquement cohérente et empiriquement vérifiable, rigoureusement argumentée et ouverte à la discussion, même lorsque celle-ci prend une tournure polémique.
— Jean-Marc Mandosio, D’or et de sable (2008)

mercredi 8 février 2017

Investir efficacement pour réussir la transition énergétique

http://www.sfen.org
Par Didier Beutier, 
membre de la Section technique « Économie et stratégie énergétique » de la SFEN 
07/02/2017
 
Commentaire: " Attendons que les EnRi puissent servir à quelque chose pour y investir des milliards. Enfin quelqu'un de lucide!"
JP Riou 
 
php
 
 

Préserver le climat est devenu un impératif, alors, que nous voyons à l’œuvre dans le monde les premières conséquences négatives du réchauffement. Par conséquent, la première urgence de toute politique énergétique est de réduire les émissions de gaz carbonique le plus tôt possible. Cela implique la réduction des consommations de tous les combustibles carbonés : charbon, pétrole, gaz, et cela dans tous les secteurs : bâtiments, transports, industrie ; et leur substitution par l’électricité produite à partir des sources d’énergie renouvelables et nucléaire, qui divisent d’un facteur 10 à 50 les émissions de CO2 par kWh produit. Tout cela sous une double contrainte budgétaire, celle des consommateurs et celle des finances publiques. La politique énergétique française actuelle, tracée par la Loi de Transition Énergétique et de Croissance Verte, s’inscrit-elle dans ces priorités, ou bien devrait-elle être infléchie sérieusement ?

Christian Malon: 50 ans de photographie de la campagne

http://www.village.tm.fr
02/2017

Commentaire: " On a toujours associé la campagne à l'amour et l'on a bien fait: rien n'encadre la femme que l'on aime comme le ciel bleu, les senteurs, les fleurs, les brises, la solitude resplendissante des champs ou des bois."
Alexandre Dumas fils (1824-1895)
 php


Christian Malon a la campagne dans la peau.



Né en Auvergne, il a grandi et vit dans le bocage normand. Il aime les visages paysans burinés, la malice qui habite leur regard. Cela fait 50 ans qu’il les photographie. Et pas seulement en France. En Italie, au Vietnam, au Portugal, en Tunisie, on retrouve ces instants de vie dans les campagnes avec quelques incursions en ville, comme à Greenwich village, quartier de New York, que les habitants reverdissent.

Puy-de-Dôme: ici comme ailleurs, le "Léviathan" éolien est à l'oeuvre

https://briffons.wordpress.com
Y.L



Depuis plusieurs années, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme poursuit une action auprès de l’UNESCO pour faire inscrire sur la liste dite du « Patrimoine mondial de l’UNESCO » la chaîne des Puys et la faille de Limagne, laissant justement à penser que ces paysages présentent un intérêt au-delà du cercle auvergnat.

Meuse: Esnes: 600€ d'amende pour prise illégale d'intérêt dans le cadre un projet de "parc" éolien

Estrepublicain.fr
12/01/2017

No comment!

En avant toute
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php

Haute Marne: Gudmont-Villiers: terre d'accueil du nucléaire et ...de l'éolien

jhm.fr
07/02/2017

"Les habitants de Gudmont-Villiers (52) ne veulent pas d’un site de traitements de déchets nucléaires" http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/haute-marne/habitants-gudmont-villiers-52-ne-veulent-pas-site-traitements-dechets-nucleaires-1142001.html . Et que pensent-ils de l'implantation d'un "parc" éolien sur leur territoire? Un de plus sur le secteur puisqu'à proximité existent déjà ceux de:
-Lescheres-sur-le-Blaiseron, situé à 7,5km qui suscite des problèmes au quotidien de bruit et de santé publique, https://augustinmassin.blogspot.fr/2017/01/haute-marne-les-eoliennes-vecues-comme.html  
-Cerisières, situé à 5km.

Et les anti-nucléaire ("Gudmont-dit-non" et le Collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs (Cedra)) que pensent-ils de ce projet?  Gardons-nous bien de faire le raccourci qui fait de "chaque anti-nucléaire, un pro-éolien"...

Manquerait plus que ce sous-sol regorge de gaz et de pétrole de schiste et la boucle serait bouclée.
ZÉRO ÉOLIENNE et BASTA!
php

Haute Marne: Mouts de "Nus et déculottés" (série France5), revient au Pays

jhm.fr
Le mag
20/12/2015

Faut-il séjourner aux USA, pour apprécier "le calme, le silence"; "écouter la vie avec le murmure de l'eau" de notre territoire? Si tel est le cas, nous encourageons vivement nos élus (es), "vendeurs à la découpe éolienne" de notre Pays à s'y rendre. Pour une fois, l'argent des contribuables ne sera pas de l'argent gaspillé car en plus de l'aspect "philosophique" du séjour, ils pourront toujours suivre des cours de business... à l'école Trump? Trump est-il dans l'éolien?
Allez bon vent (oups)... Allez bon vol (oups)... Enfin, to go in USA!
php

Cour des comptes: le rapport 2016 qui compte pour du "beurre"?

www.lefigaro.fr
Par Cécile Crouzel
08/02/2017

Commentaire: La "colonisation" éolienne inutile (5Md€ par an)), l'écotaxe abandonnée (1 Md€ et 10 Md€ de recette perdus sur la période 2014-2024), le "sauvetage" de la société Heulliez (8m€, http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20130930trib000787941/heuliez-societe-fetiche-de-segolene-royal-liquidee-et-re-sauvee-par-le-contribuable.html ), les impayés de sa région Poitou-Charentes (132m€, http://www.centre-presse.fr/article-451858-la-region-poitou-charentes-etait-en-situation-de-deficit.html ), font que Mme Royal Ségolène a toute sa place dans le cercle très fermé des grands Argentiers de France. Et, elle fait passée tous les autres "candidats" pour de petits "joueurs".
Lire:  http://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2017

A noter que comme pour l'essentiel, ses recommandations ne sont jamais suivi d'effets, n'est-ce-pas là aussi, un énorme gâchis de l'argent du contribuable?
php

La Cour des comptes reproche vivement au gouvernement sa gestion dans le dossier de l'écotaxe poids lourd. Elle y voit «un échec stratégique et un abandon coûteux».

C'est l'histoire d'un fiasco que décrit par le menu la Cour des comptes dans son rapport annuel 2017. Votée à la quasi-unanimité par le parlement en 2009, dans l'élan du Grenelle de l'environnement, l'écotaxe poids lourds n'a finalement jamais vu le jour. Face à la révolte des «bonnets rouges» en Bretagne, qui détruisaient les portiques de l'écotaxe dans la région, le gouvernement Ayrault a décidé sa suspension. Une décision «prise dans la précipitation», selon les magistrats financiers, sans «qu'aucune analyse préalable de la portée de cette décision n'ait été conduite».