mercredi 11 octobre 2017

Hulot réfléchit à la préservation des espaces naturels

http://www.batiactu.com
Stéphanie Odéon,
le 11/10/2017

Commentaire : "Yoda" Hulot est vraiment un maître... de la désinformation : dénoncer la "frénésie souvent injustifiée" dans l'artificialisation des espaces naturels," sans mentionner la colonisation industrielle éolienne des terres agricoles et des forêts.

php


Nicolas Hulot © A. Bouissou - Terra

Dernière minute. Évoquant une "frénésie souvent injustifiée" dans l'artificialisation des espaces naturels, Nicolas Hulot travaille sur des pistes de réflexion pour les protéger. Le ministère dément cependant la création d'une taxe anti-bétonnage. Alors qu'un article du Parisien daté de ce 11 octobre annonce que le ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot envisage de prélever une taxe auprès de ceux qu'ils nomment les "bétonneurs", le ministère dément cette piste.

Le quotidien relate que le ministre entend "freiner les choses" pour "mettre fin à cette frénésie souvent injustifiée" estimant que les surfaces naturelles "jouent un rôle important dans l'équilibre climatique, la préservation de la biodiversité et notre souveraineté alimentaire". Évoquant des exemples de grandes constructions, il ajoute dans les colonnes du journal : "il faut sortir de la folie des grandeurs, ce mimétisme qui mène la construction de gigantesques centres commerciaux".
Suite à cette information, le ministère a confié à Batiactu que "cette taxe n'était pas à l'ordre du jour" et que pour le moment le ministre travaille sur des pistes de réflexion en faveur de la biodiversité.

La filière béton favorable à penser différemment nos manières de construire
Cette information a immédiatement fait réagir la filière béton qui indique s'inscrire "justement dans cette logique de préservation des terres agricoles et de protection de la biodiversité". Elle précise à ce titre que "penser nos territoires de manière intelligente est aujourd'hui fondamental, et nécessite une coordination optimale de l'ensemble des acteurs de la construction (aménageurs, collectivités, fournisseurs de matériaux, etc.)". La Filière Béton fait valoir qu'elle "encourage une optimisation des espaces urbains". Elle précise : "en pensant différemment nos manières de construire, par le haut (verticalisation des constructions, notamment via l'exploitation des "dents-creuses" et des friches industrielles) et par le bas (utilisation plus intelligente des sous-sols). En promouvant un mariage des solutions constructives et des végétaux, contribuant au retour de la nature en ville".

De son côté, la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI) considère "que l'utilisation raisonnée des sols est un enjeu de société majeur". Dans un communiqué, elle précise : "ses adhérents, très présents en secteur urbain, sont d'ailleurs des acteurs de la densification, qui très majoritairement redonnent vie à des friches (industrielles, ferroviaires, militaires etc.) et permettent de construire des logements sans artificialiser de nouveaux espaces naturels". Elle souligne toutefois que "cette logique d'utilisation raisonnée des sols est malheureusement moins mise en oeuvre dans les espaces périurbains". La FPI dit partager "l'idée que des solutions doivent être trouvées pour densifier et rénover l'existant, et sortir des solutions de facilité consistant à consommer des espaces agricoles."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire