jeudi 26 avril 2018

Allemagne : ambiance de démolition dans l'éolien

https://bazonline.ch/
Alex Reichmuth
05.04.2018

Version originale en langue allemande :
https://bazonline.ch/ausland/europa/abbruchstimmung-in-deutschland/story/18862585

De nombreux parcs éoliens menacent la fin. Le démantèlement pourrait entraîner des problèmes inattendus.




Dépend des fonds de l'État. À partir de 2020, les subventions annuelles pour des milliers d'éoliennes expireront en République fédérale d'Allemagne. Les opérateurs doivent alors offrir leur électricité sur le marché libre - mais il y a des prix au sous-sol. Image: Keystone 

Il y a maintenant près de 29 000 éoliennes en Allemagne. L'année dernière, ils représentaient environ 16% de la production d'électricité. Cependant, après des décennies d'énergie éolienne, la fermeture de nombreuses installations pourrait bientôt entraîner une baisse de la production. La raison n'est pas que les installations ne fonctionnent plus - mais que leur soutien financier est sur le point d'expirer.
La loi allemande sur les énergies renouvelables, entrée en vigueur en 2000, garantit aux exploitants de parcs éoliens 20 ans de tarifs couvrant l'électricité qu'ils injectent dans le réseau. À partir de 2020, ce financement sera épuisé pour des milliers d'éoliennes chaque année. Les opérateurs doivent alors proposer leur électricité sur le marché libre, où les prix sont très bas. Dans de nombreux cas, il est peu probable que les retours couvrent le fonctionnement continu des installations, dont beaucoup, après vingt ans de fonctionnement, demandent plus d'entretien et nécessitent des réparations coûteuses dans certains endroits.


Plus précisément, en 2020, le financement de 5700 centrales d'une puissance installée totale de 4500 mégawatts (MW) expire. Dans les années suivantes, c'est entre 2000 et 3000 MW, qui se feraient privés des subventions d'État . L'Association allemande de l'énergie éolienne estime que d'ici 2023, c'est environ 14 000 MW de capacité installée qui viendraient à manquer, ce qui représente plus d'un quart de la capacité éolienne allemande sur terre. Le nombre d'usines qui sortiraient réellement du réseau dépendra du futur prix de l'électricité. Dans la situation actuelle, le nombre d'aérogénérateurs fermant pourrait être supérieur à celui des nouvelles implantations.
Cependant, le démantèlement des éoliennes n'est pas sans piège. Aujourd'hui, les vieilles machines peuvent encore être vendues, avec profit, dans d'autres parties du monde, telles que l'Europe de l'Est, la Russie ou l'Afrique du Nord, où elles continuent à être utilisées. Mais l'offre de vieilles installations bien entretenues est en hausse et devrait bientôt dépasser la demande. Alors, sans revente possible, reste que le coût du démantèlement. Et celui-ci est très élevé. Selon l'Association allemande de l'énergie éolienne, il représenterait 30 000€ par Mw installé. Pour une grande turbine si rapidement un montant à six chiffres. De nombreux opérateurs, y compris les municipalités, sont peu susceptibles d'être préparés à ces coûts.

Problèmes de recyclage
Un défi particulier lors du démantèlement est le recyclage des composants présents. « Nous notons avec les moulins à vent de subventions massives, que  personne ne s'est inquiété sur le fait que les moyens utilisés pour l"équipement de ces machines, soient aussi recyclables», explique Herwart Wilms , Directeur général de la plus grande entreprise de gestion des déchets en Allemagne,
Remondis. Bien que le matériau en acier ou en cuivre soit effectivement recyclable. Cependant, un problème concerne les pales du rotor, constituées d'un mélange de fibres de verre et de carbone et collées avec des résines de polyester. "Nous sommes confrontés à un énorme problème", a déclaré Michael Schneider de Remondis à Handelsblatt. Parce qu'il est à peine possible de séparer à nouveau les fibres liées à la résine. "Nous ne pouvons plus les séparer", explique Schneider. À partir de 2021, 16 000 tonnes de ces matériaux pourraient être produites chaque année. Or, l'industrie éolienne recherche des solutions pour le recyclage, que ce soit techniquement mais aussi économiquement, mais pour l'instant, c'est du domaine du "rêve". Donc, à la fin, seule la partie "récupération d'énergie" pourrait être exploitée, c'est-à-dire la combustion. Mais, même cela est difficile car les résidus de matériau du rotor sont fins et obstruent les filtres des incinérateurs.
Mais avec le seul démantèlement des éoliennes , le compte n' y est pas. Les socles en béton, qui constituent la base des éoliennes, doivent également disparaître. Pour une grande usine, cette base peut rapidement couvrir plus de 3 000 tonnes de béton armé et atteindre souvent plus de vingt mètres de profondeur dans le sol. Selon le code du bâtiment allemand, les éoliennes doivent être «complètement démantelées» - et les explications de la loi indiquent clairement que le démantèlement inclut les fondations. L'élimination complète de la base en béton peut rapidement coûter des centaines de milliers d'euros.
En outre, plusieurs tribunaux ont confirmé qu'après la fin d'un investissement, les fondations en béton doivent être retirées. Cela a un sens écologique. À ce propos, Godehard Hennies, directeur général de Wasserverbandstag Brême / Basse-Saxe / Saxe-Anhalt a déclaré au Monde, qu'avec le temps, les fondations ont souvent transpercé plusieurs couches géologiques et ont provoqué une pollution, mélange important de l'aquifère préalablement séparé. De nombreux exploitants d'énergie éolienne n'ont pris aucune disposition dans ce sens. En conséquence, les règles ne sont pas appliquées. Dans de nombreux endroits, les compagnies passent un  d'accord avec les propriétaires fonciers afin qu'ils financent l'arasement ds deux ou trois premiers mètres du socle, moyennant probablement une compensation. Comme l'a récemment rapporté le Norddeutsche Rundfunk, seul le premier mètre de fondations en béton est retiré dans la région de Dithmarschen, dans le Schleswig-Holstein. Le bureau d’État responsable de l'environnement approuve apparemment de tels accords. De même, dans tout le pays, l'Office fédéral compétent ne sanctionne pas l'action illégale dans les projets éoliens jusqu'à aujourd'hui. En ce qui concerne les énergies renouvelables, les lois semblent n'avoir qu'un caractère de recommandation. (Journal de Basler)

php

6 commentaires:

  1. Les polyesters, fibres de verre, carbone, sont de vrais catastrophes. Hélas, pour quelques grammes gagnés on fabrique tout dans ces matériaux désormais (avec moult résines, colles solvants tout aussi non recyclables), avions, voitures, éoliennes et même vélos sont déjà faits ainsi, c'est une grosse erreur environnementale. On ne sait plus quoi en faire, au bord de la mer, les épaves des embarcations construites en ces matériaux s'accumulent tristement.

    RépondreSupprimer
  2. Au bout de 20 ans, et même avant, la vente d'électricité à un tarif subventionné a permis de rembourser l'investissement initial. Sans la charge du remboursement de l'emprunt il est tout à fait rentable de continuer à exploiter l'éolienne en vendant l'électricité sur le marché tout en assurant sa maintenance.

    Le démantèlement se fait donc en fin de vie du matériel. Il n'est alors pas nécessaire de faire disparaître les socles de béton qui pourront servir à de nouvelles éoliennes. Ces socles ne doivent être retirés que dans le cas où il n'y a pas de nouvelle éolienne en remplacement.

    En matière de recyclage, comme vous le dites tous les composants en acier, autres métaux sont recyclables sans souci. Il reste peut être des difficultés techniques pour les pales, mais pas de pollution comparable aux démantèlements des centrales nucléaires, ou autres conventionnelles.

    Ingénieur en énergie électrique de formation, et travaillant dans le milieu, il n'y a pour moi pas photo aujourd'hui : les énergies renouvelables (solaire et éolien en tête) sont moins coûteuses (sur toute la durée de vie d'une centrale, gestion de réseau incluse), techniquement opérationnelles, et permettent de s'affranchir de dépendances énergétiques vis à vis de pays exploitant aujourd'hui le pouvoir conféré par leurs ressources à tort et à travers (Russie, Etats Unis, Venezuela, pays du golfe en tête)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "permettent de s'affranchir de dépendances énergétiques vis à vis de pays exploitant aujourd'hui le pouvoir conféré par leurs ressources à tort et à travers (Russie, Etats Unis, Venezuela, pays du golfe en tête)"

      Ah bon et comment vous expliquez que l'éolien et le solaire énergie non pilotable soit dépendant d'énergie fossile et nucléaire pour assurer la stabilité du réseaux électrique quand le vent ne souffle pas et le soleil ne brille pas.
      Le vrai coût de ces énergie renouvelable interviendra le jour ou ces énergie pourront fournir de façon autonome aussi surement et régulièrement la quantité d'électricité nécessaire. En attendant le nucléaire et le fossile ont de beaux jours devant eux, enfin tant qu'il y a de la matière première pour les alimenter.

      Supprimer
  3. Raph, Jurassien1 mai 2018 à 09:33

    Je me permets de rappeler à Mathieu que en France, sans les subventions (Payées par les particuliers avec la CSPE sur la facture d'électricité), jamais l'éolien ne serait économiquement rentable.
    Les promoteurs s'enrichissent sur notre dos, l'état modifie les lois pour que les éoliennes poussent archaiquement, en dépit du bon sens et les élus se votent les projets pour implanter des engins sur leurs propres terres. (Délit de prise illégale d'intérêt)
    L'éolien n'est donc pas vraiment "propre".
    Le scandale arrivera quand il sera trop tard.
    C'est bizarre que l'exemple Allemand ne soit pas montré en exemple cet fois !
    (En fait, c'est quand cela arrange l'état...)
    L ETAT NE PREND PAS EN COMPTE L AVIS DE L ACADEMIE DE MEDEDCINE POUR UNE DISTANCE MINI DE 10 FOIS LA HAUTEUR DES ENGINS COMME DISTANCE AVEC LES HABITATIONS ET FAIT SUBIRRE 2.8 FOIS PLUS DE BRUIT AUX RIVERAINS
    On sacrifie donc une partie de la population pour enrichir les promoteurs avec nos subventions.
    Avec des montages économiques du type Madof et des agissements mafieux, la France veut se montrer écolo = MON CUL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant le bruit, pour avoir côtoyé des éoliennes en fonctionnement par vent fort ou modéré, c'est une fable !
      Le bruissement de la forêt environnante empêchait d'entendre les éoliennes. Seul un TAC en provenait, réglant un changement d'orientation.

      La 'propreté' de l'éolien versus le nucléaire ou le hydrocarbures ... peut-on comparer ? Honnêtement !

      Concernant les montages financiers : Quelles différences avec le reste du casino financier ?

      Pas un pb éolien mais systémique. Merci de ne pas tout mélanger.

      Supprimer
  4. à Ralph, rappelons que le prix de l'électricité avait été largement augmenté quand on est passé au nucléaire (celui ci coutant quasi 3 fois plus que l'hydraulique!)
    ce sont des décisions politiques qui prennent en compte le long terme et non les petits calculs économiques égoïstes à court terme
    on remarquera en outre que tout l'article est au conditionnel

    RépondreSupprimer